•  
    974523_10201709342911370_215425558_n
    ECOLE PRIMAIRE D'EL MENZEL Début des années 60
     
    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
     
     
    1005628_10201115995918066_429203748_n
     
    COLLEGE D'EL MENZEL ANNEES 60
     
    1383473_10201638374097194_1926037085_n
     
     
    1798632_739765269399403_7068629728044272212_n10151937_739995339376396_4503687640636498864_n

    votre commentaire
  • Reportage de Sandawi à El Gaada

    Sur la dernière photo, on peut admirer une chaise naturelle (albriya)

    Photo 275Photo 277Photo 280Photo 285Photo 287Photo 292Photo 299Photo 301Photo 302Photo 305Photo 308Photo 318Photo 320Photo 322Photo 323Photo 325Photo 326Photo 330Photo 331Photo 332Photo 333Photo 334Photo 336Photo 346Photo 354Photo 359Photo 360Photo 363Photo 365Photo 369Photo 389Photo 390Photo 402Photo 414Photo 420Photo 422Photo 432Photo 437Photo 461Photo 560


    votre commentaire
  •  

    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    MAROC ORIENTAL
    ---o---
    TERRITOIRE DE BOU-DENIB
    ---o---
    POSTE DE GOURRAMA
    ---o---
    HISTORIQUE
    DU
    18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais.
    ---o---
    Imprimerie Typographique et Lithographique L. FOUQUE
    4 et 8, Rue Thuillier (Place Kléber)
    ORAN
    1920
    1 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    MAROC ORIENTAL
    ---o---
    TERRITOIRE DE BOU-DENIB
    ---o---
    POSTE DE GOURRAMA
    ---o---
    HISTORIQUE
    DU
    18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais.
    ---o---
    Par dépêche ministérielle en date du 3 novembre 1914, le Ministre de la Guerre prescrit que les
    bataillons formant le régiment de marche des tirailleurs sénégalais, commandé par le colonel
    LAVENIR d'abord et le colonel MÉRIENNE-LUCAS ensuite, seront dirigés sur le Maroc et
    formeront trois bataillons à deux compagnies chacun.
    Le régiment est dissous, à la date de l'embarquement des trois bataillons pour le Maroc, le 19
    novembre 1914.
    Un des trois bataillons devient le 18e bataillon sénégalais, sous les ordres du chef de bataillon
    LARIBE.
    Il est constitué d'abord à deux compagnies et arrive avec un effectif réduit à Casablanca. Ayant
    reçu successivement des renforts, il se forme à quatre compagnies dont une S. M.
    Cette constitution s'opère à Casablanca d'abord et à Sidi-Ali ensuite. En pleine forme, le 18e
    bataillon sénégalais escomptait son embarquement, au printemps 1915, pour le front de France.
    Cette satisfaction ne lui fut point donnée et, fin mars 1915, il renforçait les effectifs de la
    subdivision de Fez qu'il ne quittera que pour partir le 14 décembre 1918 pour le territoire de Bou-
    Denib.
    Le 18e bataillon sénégalais n'a donc pas opéré sur le front de France, mais la suite nous apprendra
    que toutes les fois qu'il en eût l'occasion sur le front marocain, il sut être à la hauteur du renom des
    troupes coloniales.
    (Du 1er avril 1915 au 23 avril 1917.)
    Le 18e bataillon sénégalais ne fait pas partie du G. M. de Fez.
    A lui, la tâche ingrate de l'occupation de nombreux postes de la subdivision de Fez : Tissa, Aïn-
    Sbitt, Matmata, Séfrou, El-Menzel, Tarzout, Annoceur, etc.
    L'aménagement de ces postes, les travaux de piste, les escortes de convois ne surprennent pas les
    Sénégalais et leurs cadres. Tous se montrent pleins d'entrain ; leur vigilance ne se ralentit pas un
    seul instant dans les diverses régions de la subdivision, souvent difficiles à surveiller à cause des
    2 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    ravinements profonds que les dissidents utilisent à merveille pour nous surprendre.
    A citer pourtant avec détails deux faits d'armes accomplis par un peloton de la 3e compagnie à
    Tarzout et par la 4e compagnie à Matmata, ainsi qu'une tournée de police dans la région des Beni-
    Ouarraïn.
    -----o-----
    ATTAQUE DU POSTE DE TARZOUT
    (16 juin 1916.)
    ---o---
    Le poste de Tarzout était en construction ; ses défenses accessoires étaient rudimentaires et ses
    parapets inachevés.
    Parmi les troupes du poste se trouvait le 2e peloton de la 3e compagnie sous les ordres du souslieutenant
    MONTANIER, son effectif était : 3 sous-officiers européens et 62 Sénégalais.
    L'attaque du poste eût lieu le 16 juin à 0 h.30 par des dissidents très nombreux (Aït-Tchérouchen et
    Beni-Ouarraïn).
    Le peloton sénégalais eût pour mission la défense de la face sud du poste. L'effort des assaillants fut
    particulièrement tenace sur cette face. Ils s'avancèrent même jusqu'aux fils de fer, qu'ils essayèrent
    d'enlever, mais les Sénégalais, électrisés par leurs gradés E et I, font merveille et nullement
    impressionnés par les pertes subies, tirent sans discontinuer sur les dissidents, qui doivent reculer
    sur une position située à 400 mètres, laissant leurs tués et blessés dans les fils de fer.
    Au jour, l'ennemi est moins mordant, il tiraille des environs, mais ne risque pas l'assaut. Les
    Sénégalais les attendent d'ailleurs sans que la fatigue ait diminué leur entrain. Pendant la nuit du 16
    au 17, tous les valides sont à leur poste, mais l'ennemi ne réédite pas son attaque. Le 17, la colonne
    de secours vient débloquer le poste.
    Au cours de cette attaque où le peloton tira 7.300 cartouches, il eût malheureusement à déplorer les
    pertes suivantes :
    BANDIOUGOU-KONATÉ, sergent, matricule 9028, tué ;
    MOURRADOU-DAOUDA, caporal, matricule 8860, blessé ;
    BILA KONÉ, 1re classe, matricule 6829, blessé ;
    DONIOU OUATTARA, 2e classe, matricule 2639, blessé ;
    ALLISSIMÉ BALÉ, 2e classe, matricule 2675, blessé ;
    BOLI DEMBÉLÉ, 2e classe, matricule 10595, blessé ;
    DIANGANA COUROUBALY, 2e classe, matricule 2488, blessé ;
    NANPANGA COULOBALY, 2e classe, matricule 10623, blessé ;
    ZIÉ OUATTARA, 2e classe, matricule 2653, blessé ;
    NATI KADIAGO, 2e classe, matricule 21238, blessé ;
    KONIANÉ BAHAYOKO, 2e classe, matricule 2566, blessé ;
    KOUFOUGA SILNÉ, 2e classe, matricule 2549, blessé.
    A la suite de cette affaire les récompenses suivantes furent accordées : citations à l'ordre des troupes
    du corps d'occupation du Maroc (Ordre du général, n° 12, du 6 juillet 1916).
    3 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    MONTANIER, sous-lieutenant au 18e bataillon sénégalais :
    « Pendant les assauts répétés donnés au poste de « Tarzout »par un ennemi dix fois supérieur en
    nombre, au cours des journées des 16 et 17 juin 1916, a remarquablement dirigé ses hommes, et,
    par son sang-froid et son endurance, a, malgré une extrême fatigue, obtenu de son détachement le
    rendement maximum. »
    BANDIOUGOU-KONATÉ, sergent, matricule 9028 :
    « Pendant l'attaque furieuse contre le poste de Tarzout les 16 et 17 juin 1916 a été un auxiliaire
    précieux pour ses chefs, donnant le plus bel exemple de courage et de mépris du danger. A été tué à
    son poste de combat. »
    ................................................................................................................................................................
    -----o-----
    COLONNE DES BENI-OUARRAÏN
    (1er au 15 septembre 1916.)
    ---o---
    Du 1er au 15 septembre 1916, les 2e et 4e compagnies et la section de mitrailleuses font partie de la
    colonne commandée par le lieutenant-colonel THÉVENEY qui opère chez les Beni-Ouarraïn.
    A signaler la journée du 4 septembre à la suite de laquelle les citations suivantes furent accordées à
    des militaires du bataillon, savoir :
    (Extrait de l'ordre général n° 35, de la subdivision.)
    HURUGUEN (Eugène), sergent-major du 18e bataillon sénégalais :
    « A l'attaque du poste de l'Oued-Matmata, a appuyé vigoureusement, avec sa section, l'attaque de
    la cavalerie et, par ses dispositions rapides, a empêché les assaillants d'exécuter un grand
    mouvement enveloppant. Très énergique. A fait campagne en France au début des hostilités ; est
    revenu au Maroc après blessure (jambe droite traversée par une balle). » (Croix de guerre avec
    étoile d'argent.)
    ................................................................................................................................................................
    (Extrait de l'ordre général n° 36, de la Colonne.)
    SERCEAU (Louis), sergent au 18e bataillon sénégalais :
    « Le 4 septembre 1916, chez les Beni-Ouarraïn, étant adjoint au chef d'une section de mitrailleuses,
    s'est distingué en se portant à une pièce enrayée pour la réparer, puis, en restant en arrière pour
    assurer le transport du matériel sur une position de repli sans s'inquiéter du feu très violent auquel la
    section n' a cessé d'être soumise pendant tout le combat. » (Croix de guerre avec étoile de bronze.)
    ................................................................................................................................................................
    4 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    KONIA-DOUMBIA, 2e classe, 18e bataillon sénégalais :
    « Aide-chargeur de la section de mitrailleuses du 18e bataillon sénégalais exposée à un feu très vif
    au combat du 4 septembre 1916, a été blessé à la jambe, a refusé de se laisser porter malgré l'ordre
    du chef de section et a rejoint le poste de secours en rampant. » (Croix de guerre avec étoile de
    bronze.)
    ................................................................................................................................................................
    (Extrait de l'ordre de félicitations n° 551 – P. 2 du 30 novembre 1916.)
    BOURDIN (Léopold), soldat de 1re classe, au 18e bataillon sénégalais :
    « Le 4 septembre 1916 au combat de Kébour-Youa, contre les Beni-Ouarraïn, a fait preuve du plus
    beau courage en réparant sa mitrailleuse enrayée, sous un feu violent, malgré la blessure d'un des
    servants de sa pièce. »
    ................................................................................................................................................................
    -----o-----
    ATTAQUE DE LA PROTECTION DE LA CORVÉE D'EAU ET
    DE CETTE DERNIÈRE AU POSTE DE MATMATA
    (7 avril 1917.)
    ---o---
    La 4e compagnie sous les ordres du capitaine SELVY tenait garnison à Matmata.
    Au lever du jour, le 7 avril 1917, la grande garde, protection de la corvée d'eau, éclairée comme
    d'habitude par des cavaliers, avait pris son emplacement habituel sans rien remarquer d'anormal,
    lorsque, vers 7 h.15, deux forts groupes de Beni-Ouarraïn, évalués à environ 400 hommes, tant
    cavaliers que fantassins, débouchant, l'un de la vallée située dans la direction est de l'Oued-
    Matmata, l'autre par l'Oued-Ifrane, à 100 mètres environ plus au nord, ont attaqué : le premier de
    ces groupes, le petit poste composé de 8 hommes sous les ordres du caporal ALAMINA PATÉ,
    tuant six de ces derniers et blessant le caporal commandant ce poste ; en même temps, l'autre
    groupe qui avait profité des accidents de terrain très prononcés, fonçait avec impétuosité sur les
    hommes de la corvée d'eau, tuant 3 européens territoriaux, 3 sénégalais et blessant 2 autres
    sénégalais.
    Dès les premiers coups de feu, la compagnie prit le poste de combat.
    En même temps, une sortie a été faite par le capitaine SELVY, à la tête de 80 tirailleurs de l'unité
    afin de pouvoir secourir les blessés, le petit poste, les vedettes et les hommes composant la corvée
    d'eau.
    Malgré la supériorité de l'adversaire, les difficultés du terrain, ce détachement de secours a pu, après
    une lutte qui a duré 3 heures, ramener 4 blessés atteints plus ou moins grièvement, 12 morts dont les
    corps ne portaient aucune trace de mutilation, 3 baïonnettes et des cartouchières pleines de
    munitions.
    Afin de faire un emploi judicieux du terrain et de pouvoir secourir sans trop de risques les hommes
    5 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    gravement exposés, les dispositions suivantes ont été prises.
    Une section sous les ordres du sous-lieutenant COLLARD a immédiatement pris position sur
    l'emplacement de la grande-garde, qui avait commencé un mouvement de repli sur le poste. Cet
    officier a fait preuve pendant 3 heures, d'un calme et d'un sang-froid remarquables en maintenant sa
    troupe sur une position exposée et en prévenant tout mouvement d'enveloppement de ce côté-là.
    L'autre section, sous le commandement du sergent-major BLANC, s'est portée immédiatement au
    secours des Mokhaznis sur le point d'être enveloppés ; cette section qui se trouvait à peine à 80
    mètres d'un fort parti ennemi a fait preuve du plus grand entrain et de bravoure en soutenant
    pendant trois heures un combat contre un adversaire résolu et quatre fois supérieur en nombre.
    Au cours de cette affaire qui fut une grosse attaque, nous eûmes malheureusement à déplorer les
    pertes suivantes :
    MAMOURY KEÏTA, tirailleur de 1re classe, tué ;
    BENGALI KONDÉ, tirailleur de 2e classe, tué ;
    DEMBA DIALLO, tirailleur de 2e classe, tué ;
    KOLIGUMO, tirailleur de 2e classe, tué ;
    BALA OUATTARA, tirailleur de 2e classe, tué ;
    MÉDIKO BALI, tirailleur de 2e classe, tué ;
    GAUKOUTARA, tirailleur de 2e classe, tué ;
    KANGA SEKOUGO, tirailleur de 2e classe, tué ;
    BAKARY COUROUBALY, tirailleur de 2e classe, tué ;
    ALAMINA PATÉ, caporal, blessé ;
    KONIANTÉ TANGARA, tirailleur de 2e classe, blessé ;
    DAUBÉ TUO, tirailleur de 2e classe, blessé ;
    PENTÉGUÉ SORO, tirailleur de 2e classe, blessé ;
    MABA SORO, tirailleur de 2e classe, blessé.
    Plus la perte de 10 fusils, 12 baïonnettes et 6 mulets avec leur harnachement.
    Les récompenses suivantes furent accordées :
    Ordre général n° 57, du 24 juin 1917
    A la suite de l'affaire du poste de l'Oued-Matmata (7 avril 1917), le général commandant la
    subdivision de Fez, cite à l'ordre de la subdivision les militaires dont les noms suivent :
    ALAMINA PATÉ, caporal au 18e bataillon sénégalais :
    « Le 7 avril 1917, chef d'un petit poste attaqué par une centaine d'adversaires, s'est vaillamment
    défendu avec ses huit hommes dont six ont été tués. Blessé dès le début de l'action, a continué à
    combattre jusqu'à l'épuisement. »
    ................................................................................................................................................................
    Ordre général n° 58, du 24 juin 1917
    A la suite de l'affaire du poste de l'Oued-Matmata (7 avril 1917), le général commandant la
    6 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    subdivision de Fez, cite à l'ordre de la colonne les militaires dont les noms suivent :
    BLANC (Gaston), sergent-major, 18e Sénégalais :
    « Le 7 avril 1917, à l'Oued-Matmata, a par son attitude crâne, entraîné ses tirailleurs, sous un feu
    violent à l'assaut d'une crête, dont il s'est emparé après une lutte très âpre et bien qu'elle était
    défendue par un adversaire six fois supérieur en nombre, a permis ainsi de dégager un groupe sur le
    point d'être enveloppé. »
    ................................................................................................................................................................
    Ordre de félicitations du 24 juin 1917
    A la suite de l'affaire de l'Oued-Matmata (7 avril 1917), le général commandant la subdivision de
    Fez, adresse ses félicitations officielles aux militaires dont les noms suivent qui se sont
    particulièrement distingués :
    COLLARD, sous-lieutenant, 18e bataillon sénégalais :
    « Le 7 avril 1917 a donné le plus bel exemple de courage en entraînant sa section sur une position
    battue par un feu violent et sur laquelle il a réussi à se maintenir, paralysant ainsi le mouvement de
    l'adversaire. »
    COCURAL (Alphonse), sergent-fourrier, 18e bataillon sénégalais :
    « Au cours de l'affaire du 7 avril 1917 à l'Oued-Matmata, a montré au feu, une très belle attitude,
    ce qui lui a valu la confiance de ses tirailleurs, dont il a tiré le meilleur parti. A pu ainsi bien
    seconder son officier de peloton. »
    KANTARA KONATÉ, adjudant, 18e Sénégalais :
    « S'est montré très crâne au cours de l'affaire de Matmata. Le 7 avril 1917, en parcourant le front
    sous un feu violent des Beni-Ouarraïn, pour transmettre comme interprète, les ordres de son
    capitaine. »
    ................................................................................................................................................................
    Ordre général n° 73, du 25 décembre 1917
    Le général CHERRIER, commandant la subdivision de Fez, cite à l'ordre de la subdivision le
    tirailleur de 1re classe PENTÉGUÉ SORO, de la 4e compagnie du 18e bataillon sénégalais, pour le
    motif suivant :
    « Le 7 avril 1917, à Matmata, faisant partie d'une corvée d'eau attaquée par un fort groupe
    d'adversaires, a été grièvement blessé, restant le seul survivant du combat. »
    Le 23 avril 1917, les 1re, 2e et 3e compagnies et les 2 S. M. du bataillon entrent dans la composition
    du Groupe Mobile de Fez. La 4e compagnie reste au poste de Matmata.
    7 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Une opération du G. M. était décidée pour mai chez les Izhranes, à l'est et au sud-est d'El-Menzel ;
    mais dès mi-avril ces dissidents font preuve d'activité et viennent inquiéter les Yazra (tribu soumise
    que protège El-Menzel). En conséquence le commandant de la subdivision décide d'envoyer en
    avant-garde à El-Menzel, un détachement sous les ordres du commandant LAURENT, composé
    des 1re, 2e, 3e compagnies du 18e T. S. et de ses S. M., 2 compagnies du bataillon d'Afrique
    CLOITRE, 3 pelotons de cavalerie, une section de 75 et une section de 65. Sans incidents, ce
    détachement arrive le 24 avril à El-Menzel. Il aura à opérer au sud et au nord du poste, dans la
    riche vallée qui a son origine à Dar-Caïd. Les Beni-Yazra, tous baroudeurs, sous les ordres directs
    du Caïd, chef énergique et brave, ont vu arriver le détachement avec joie et lui promettent une aide
    fidèle contre les dissidents izheranes leurs ennemis irréductibles.
    Le 27 avril, le détachement LAURENT (moins une compagnie blanche et la batterie de 75 restées
    en réserve au poste) opère une reconnaissance au point du jour au plateau de Chantaoura, à 7
    kilomètres au sud d'El-Menzel. Le terrain est rocailleux mais peu coupé, les collines de Dar-Akoun
    et Chantaoura seront de bons emplacements de batterie. Le cas échéant également nos sections de
    mitrailleuses constatent qu'elles pourront faire de la bonne besogne si les dissidents persistent à
    vouloir attaquer Dar-Caïd, comme certains renseignements l'indiquent. La reconnaissance rentre le
    soir à El-Menzel.
    Le 28 avril, le détachement (moins une compagnie blanche et la section de 75 en surveillance)
    quitte en toute hâte le camp d'El-Menzel, à 11 heures, pour Chantaoura ; le service des
    renseignements vient de recevoir le renseignement qu'une harka de dissidents se porte sur Aïn-
    Ageri située à quelques kilomètres est de Chataoura sur ce dernier point.
    La poudre va parler ; tout le monde est content et les Sénégalais en particulier témoignent leur joie
    par le « Y en a bon » traditionnel. On marche à une allure de 6 kilomètres à l'heure ; il faut
    devancer, en effet, les dissidents et pouvoir occuper les positions reconnues la veille, lesquelles
    commandent la riche vallée d'El-Menzel. Dès 13 heures, des groupes nombreux de dissidents sont
    découverts, mais ils se tiennent à grande distance, et se dispersent finalement, renonçant à attaquer
    Dar-Caïd. Le détachement rentre à El-Menzel à 19 heures sans avoir eu à intervenir.
    Le 29 avril, le S. R. apprend que dès le point du jour, les Beni-Ouarraïn avaient attaqué les mechtas
    des Beni-Yezra au sud de Dar-Akoun.
    En toute hâte, le détachement fait ses préparatifs. A 6 h.30, le groupe comprenant 5 compagnies
    (moins un peloton, garde du camp d'El-Menzel et la batterie de 75 qui prend position près du
    camp, surveillant la partie sud de la vallée), une section de 65, 3 pelotons de cavalerie, 2 S. M. s'est
    mis en marche et a occupé à 7 h.50 les hauteurs au nord de Dar-Akoun, entre le village de Taghout
    et de la colline Chantaoura, peut-être occupée par les Beni-Ouarraïn. Les partisans de la tribu
    occupent les collines au nord de Chantaoura et les mechtas à l'ouest de Taghout.
    A 8 heures, un groupe de Ben-Ouarraïn se montre sur une crête située à 3 kilomètres, 100 au sud-est
    du P. C. lequel se trouve à l'arbre en boule (colline de Dar-Akoun).
    La section de 65 commence immédiatement un tir, qui, dès réglage, devient rapide, 27 obus sont
    ainsi tirés et dispersent le groupe de dissidents beaucoup plus important qu'il n'avait d'abord paru
    (200 cavaliers environ)
    A 8 h.50, les partisans occupent la colline de Chantaoura préalablement évacuées par les Beni-
    Ouarraïn.
    En conséquence, le commandant du G. M. donne l'ordre à un peloton de cavalerie, une compagnie
    sénégalaise, et à la section de 65, d'aller prendre position sur la Chantaoura. Il s'y porte en
    personne. Pendant le trajet, les Beni-Ouarraïn se sont encore retirés (plus au sud). A 10 heures, la
    cavalerie des partisans sous le commandement du lieutenant GIRAUD, du S. R., explore les crêtes
    8 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    au sud de Chantaoura et au sud-ouest jusqu'à Taghout et Tighit. Les partisans tirent quelques
    coups de fusil sur les derniers dissidents qui battent en retraite vers l'est. A 10 h.50, toute la région à
    5 kilomètres au sud de Chantaoura est abandonnée par les Beni-Ouarraïn.
    Vers 10 heures, un rekkas apprend que le village de Ternara situé au nord-ouest d'El-Menzel avait
    été attaqué à 9 heures par une autre fraction de Beni-Ouarraïn.
    La section de 75 qui occupait toujours sa position de surveillance a tiré 55 obus sur les dissidents.
    Le poste envoie 10 obus de 80.
    Avec ce secours, les partisans suffisent à refouler cette fraction qui, d'après les renseignements du
    lieutenant GIRAUD, aurait eu 15 tués et plusieurs blessés.
    Six cadavres furent rapportés au poste.
    Du 30 avril au 12 mai, le détachement opère diverses sorties au sud et au nord du poste, mais les
    dissidents sont refroidis et ne paraissent plus. Entre temps, la piste « El-Menzel - Dar-Caïd » est
    construite ; il faut en effet que les 75 du G. M. de Fez, qui est attendu à El-Menzel, puissent se
    porter chez les Izheranes. Les Sénégalais font preuve d'entrain et les travaux sont rapidement
    menés.
    Le 13 mai 1917, les éléments métropolitains du détachement d'avant-garde d'El-Menzel, rejoignent
    leurs corps respectifs, arrivés la veille, avec le G. M. de Fez ; les éléments coloniaux du G. M. de
    Fez, sous les ordres du chef de bataillon LAURENT, comprendront les 1re, 2e compagnies, 1
    peloton de la 3e compagnie et 2 S. M. du 18e bataillon sénégalais (un peloton de la 3e reste à El-
    Menzel pour renforcer la garnison) et la compagnie du capitaine ROSFELTER avec 1 S. M., du 6e
    bataillon colonial arrivée avec le G. M.
    14 mai 1917. - EXTRAIT DE L'ORDRE GÉNÉRAL N° 6
    Le G. M. se portera dans la direction d'Aïn-Agérie.
    A) Mouvement. - Le mouvement s'exécutera en 2 colonnes ; la colonne principale comprendra tout
    le G. M. ; les éléments suivants qui formeront une colonne secondaire (colonne de droite sous les
    ordres du chef de bataillon LAURENT), cavalerie 1 peloton, infanterie une compagnie (compagnie
    ROSFELTER) ; un peloton compagnie VIGNES, artillerie 1 section de 65, lieutenant
    AMBLARD ; S. de M. BOUTRY, SÉGUIN, RISTORI ; T. R. convoi, troupeau.
    B) Colonne principale. - La colonne principale se porte dans la direction indiquée ci-dessus, par
    les crêtes bordant le Schounda.
    1° Groupe avant gauche bataillon CLOITRE ; 2 pelotons cavalerie ; 2 sections de 65 ; partisans ;
    Moghaznis.
    2° Groupe du centre et o/o de marche de ce groupe. Groupe de l'État-Major ; chasseurs d'Afrique ;
    Génie ; 2e compagnie sénégalaise (capitaine ROUSSEL) ; batterie de 75 de campagne ; S. M. de
    réserve du G. M. (section DERIEN) ; ambulance ; section de munitions ; 1re compagnie de Légion.
    3° Groupe arrière gauche bataillon GIRON ; cavalerie ; artillerie.
    4° Groupe de gauche, formant flanc garde marchant à hauteur du groupe du centre ; bataillon
    KNECHT ; cavalerie ; artillerie.
    C). - La colonne secondaire commandant LAURENT (colonne de droite) se portera par la vallée de
    9 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    l'oued, maison du Caïd, dans la direction d'Aïn-Agérie où elle rejoindra la colonne principale. Elle
    se règlera sur cette dernière et couvrira particulièrement son flanc droit lorsqu'elle aura dépassé le
    plateau de Chantaoura.
    D). - Réveil 4 heures. Départ 5 heures pour l'élément de tête du groupe CLOITRE.
    Le lieutenant-colonel TISSEYRE commandant le G. M. marchera entre le groupe du centre et le
    groupe d'avant-garde.
    Observations. - La 2e compagnie sénégalaise capitaine ROUSSEL, qui fait partie de la colonne
    principale, rejoindra directement cette colonne sur la crête immédiatement à l'est de l'Oued-
    Schounda environ un kilomètre au sud d'El-Menzel.
    Les éléments du G. M. qui marcheront avec le commandant LAURENT, T. R., convoi, souk,
    troupeau, seront rassemblés à 5 heures sur le mamelon situé immédiatement à l'ouest du poste d'El-
    Menzel.
    Groupe LAURENT. - Conformément à l'ordre général n° 6, le groupe LAURENT, colonne
    secondaire, s'est mis en route à 5 h.05.
    Ordre suivant :
    Avant-garde et flanc-garde de droite : lieutenant DURET (cavalerie) ;
    Compagnie coloniale : ROSFELTER ;
    S. M. : lieutenant RISTORI ;
    1re compagnie sénégalaise : capitaine CALENDINI ;
    S. M. : lieutenant BOUTRY ;
    T. R., convoi, souk, troupeau ;
    Arrière-garde : S. M. lieutenant SÉGUIN, 1 peloton de la 3e compagnie sénégalaise avec le
    capitaine VIGNES escortant le convoi.
    Aucun événement à signaler jusqu'à une colline située à environ 2 kilomètres au sud-ouest du
    plateau de la Chantaoura où l'avant-garde du groupe arrive à 7 h.45.
    Flanqué à droite par de la cavalerie (lieutenant THUET) deux compagnies d'infanterie, 1 S. M., 1
    section de 65, prennent position sur la dite colline.
    Le commandant du groupe donne l'ordre au lieutenant AMBLARD, commandant la section de 65,
    de tirer sur une colonne occupée par des dissidents et sur quelques mechtas à 2 kilomètres 500
    environ du sud-ouest.
    Le tir paraît très efficace.
    A 8 h.45 le peloton de cavalerie et la compagnie ROUEN du bataillon CLOITRE sont adjoints au
    groupe.
    Le convoi est défilé.
    A 9 h.30 la compagnie ROUEN a mission d'assurer spécialement la protection du convoi.
    Le convoi est détaché du groupe LAURENT, et suit au centre de la colonne un chemin indiqué sur
    le terrain.
    A 10 heures, le commandant du groupe colonial reçoit l'ordre de se porter plus au sud-ouest (1
    kilomètre 500) sur une colline.
    10 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Le mouvement est exécuté en formation diluée. La cavalerie qui nous couvre met les F. M. en
    position et tire efficacement sur les crêtes. Aussitôt en position, la section de 65 bombarde
    efficacement les mechtas situées au sud-ouest de la Mechta à l'Arbre en boule. Le tir paraît très
    efficace.
    A 11 h.50, le commandant du groupe reçoit l'ordre de se porter sur les hauteurs de Dar-Kelloc. Le
    mouvement s'exécute par progressions successives des diverses unités. Le terrain est très raviné, il
    faut être prudent, mais la marche par échelons produit de bons résultats. Les T. S. tirent sans
    énervement. La section de 65 suit un cheminement défilé ; à 12 h.25 la Mechta est occupée. La
    section de 65 met en batterie sur le versant sud-ouest du mamelon et tire sur des troupeaux à 2000
    mètres. La S. M. BOUTRY tire également sur ces troupeaux ; sur le flanc droit, la cavalerie tire sur
    des fractions de dissidents.
    A 1 h.30 le bataillon LAURENT vient occuper la face sud du camp. Le groupe colonial n'a eu
    qu'un homme blessé légèrement.
    Le 16 mai 1917, le groupe LAURENT participe à une reconnaissance effectuée au nord de Dar-
    Kelloc par une partie du G. M. de Fez, dans un terrain raviné. Les Sénégalais continuent à bien se
    tenir mais n'ont pas à barouder, ce sera pour le 17.
    Ce jour-là, en effet, le G. M. rentre à El-Menzel.
    Malgré le secret de la direction qu'il prendra, les dissidents flairent notre départ. Attention au
    décrochage. Il fut assez dur pour la colonne F. G. de gauche que formait le groupe LAURENT
    renforcé d'une section d'artillerie et d'un peloton de cavalerie. Il eut lieu vers 6 h.30 sur une crête
    rocheuse qui se termine à l'ouest par un éperon très caillouteux qui surplombe l'Oued-Agérie.
    Cette position était dominée par les crêtes que la colonne du centre du G. M. venait de traverser.
    Mais une large coulée bien dégagée permettait une défense solide.
    La crête fut occupée par la compagnie ROSFELTER et la S. M. RISTORI, par la section de 65
    VAUTIER, par le peloton VIGNES et la S. M. SÉGUIN. La 2e compagnie et la S. M. BOUTRY
    furent portées à 300 mètres en arrière de la crête de l'éperon.
    La 1re ligne ne tarda pas à ouvrir un feu intense d'infanterie et d'artillerie sur des groupes nombreux
    dévalant des crêtes en avant et à droite. Mais le piton le plus élevé, de l'axe de marche du groupe
    central (situé à gauche du groupe LAURENT, ce groupe faisait face à l'ennemi) était encore tenu
    par des éléments de l'arrière-garde. Juste au moment où le groupe LAURENT allait reprendre sa
    marche par échelons sur Chantaoura, le piton fut évacué par les éléments qui l'occupaient.
    L'ennemi devint alors excessivement mordant et non seulement le groupe LAURENT eût à faire
    tête en avant et à droite, mais encore à gauche : les dissidents en poussant des cris arrivèrent très
    nombreux sur le piton sus-indiqué et descendirent la coulée qui sépare ce piton de la crête occupée.
    La S. M. BOUTRY fut ramenée en arrière et à côté de la S.M. RISTORI. Pendant 10 minutes : les
    mitrailleuse, un peloton (ROSFELTER) et la section de 65, ouvrirent un feu violent sur le piton et
    la coulée. (Le canon fit barrage à 400 m.). Cette surprise déconcerta les assaillants qui subirent
    sûrement de grosses pertes.
    Le flanc gauche fut soulagé ; seuls, le front et le flanc droit étaient encore sérieusement occupés.
    A 7 h.20, le commandant du groupe demande une section de 65 comme renfort (un accident survenu
    à une des pièces de la section VAUTIER rendait cette pièce indisponible).
    Aucune section ne fut envoyée, mais le repli ultérieur du groupe fut facilité par le secours de
    l'artillerie en position dans la plaine.
    Ce repli commença à 7 h.25 (à 7 h.15 un peloton de la 2e compagnie et la S. M. SÉGUIN avaient
    été envoyés sur la crête un peu au sud-ouest de l'axe de marche, sur la rive droite de l'Oued-
    Agérie), par le peloton VIGNES, la S. M. BOUTRY et la section de 65, qui devaient aller occuper
    11 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    la crête où était déjà un peloton de la 2e compagnie. Ces éléments étant en position, le repli des
    éléments qui restaient encore sur l'éperon rocheux s'effectua. Il était 7 h.55.
    A 12 h.55, le groupe était au camp d'El-Menzel.
    De 6 h.40 à 7 h.25, tous les éléments du groupe ont subi un fort choc, et pourtant il n'eût que deux
    blessés légers (1 européen et 1 sénégalais). Je n'explique ces pertes minimes que par le fait du repli
    effectué par échelons, ces derniers se protégeant réellement les uns les autres. Chacun fit son
    devoir ; les Sénégalais se tinrent très bien, même lorsqu'ils eurent à effectuer des retours offensifs,
    pour dégager certaines positions particulièrement menacées. Mais la section d'artillerie du
    lieutenant VAUTIER mérite une mention spéciale.
    Avec un calme imperturbable, cet officier a admirablement bien commandé sa section et a contribué
    pour une large part au décrochage heureux du groupe.
    Le 19 mai, le G. M. de Fez quitte El-Menzel, pour se porter sur Annoceur et Tazouta. Le groupe
    LAURENT laisse à El-Menzel jusqu'à nouvel ordre la 3e compagnie sénégalaise.
    Le groupe colonial du G. M. ne comprendra que les 1re, 2e compagnies, 2 S. M. du 18e T. S. et la
    compagnie ROSFELTER du 6e bataillon colonial et sa S. M.
    Étapes le 19 à Aïn-Tella (est de Séfrou), le 20 Annoceur. Le 22 mai 1917, le G. M. se porte sur
    Tazouta par le col de Taguagueit. De ce col à Tazouta, le terrain est très coupé et couvert
    d'arbustes. Les embuscades y sont faciles. Le groupe, devenu arrière-garde, devait ouvrir l'oeil. Les
    canons de 75 roulant sur une piste non aménagée imposèrent de fréquents arrêts à l'arrière-garde,
    mais les dissidents peut-être surpris par notre marche rapide sur Tazouta, n'inquiétèrent pas ce jourlà
    la colonne. (Il n'en fut pas malheureusement de même quelques jours plus tard dans la même
    région pour un bataillon métropolitain). A la nuit, l'arrière-garde occupait sa face au camp de
    Tazouta.
    La longue et pénible étape avait, certes, fatigué les tirailleurs et les marsouins, mais leur moral était
    toujours très élevé et ce fut sans défaillance qu'ils occupèrent leurs tranchées, dont les travaux
    d'aménagement avaient duré jusqu'à 22 heures, la nuit du 22 au 23, pour répondre aux coups de feu
    tirés sur le camp, de l'oued longeant leur face à 2 ou 300 mètres de distance.
    Oubliant encore la fatigue supportée la veille, le groupe LAURENT quitta le camp alerte et plein
    d'entrain le 24 mai, pour aller assurer au col de Tagnagneit (14 kilomètres du camp) la sécurité des
    travailleurs et la piste à aménager, dans le voisinage du col. Il n'eût pas à faire usage de ses armes.
    Les dissidents continuaient à palabrer avant d'agir.
    Du 25 mai au 7 juin 1917, les unités du groupe colonial sont successivement employées aux
    travaux de piste et à la construction du poste de Tazouta confiée au chef de bataillon LAURENT.
    Le 7 juin, le G. M. de Fez, moins le groupe LAURENT désigné pour poursuivre la construction du
    poste et assurer la garde de la base constituée à Tazouta se porte sur Scourra, où devait se rendre le
    G. M. de Meknès par Tarzout.
    Seule, la S. M. mixte du lieutenant SÉGUIN fut distraite du groupe pour renforcer le groupe
    CLOITRE (bataillon de chasseurs légers d'Afrique). En apprenant ce départ, la joie du lieutenant
    SÉGUIN fut grande. Cité et blessé trois fois sur le front français, cet officier incarnait une bravoure
    calme et résolue, associée à un dévouement au-dessus de tout éloge. La marche sur Scourra s'était
    effectuée sans incidents ; il n'en fut pas de même de l'installation du camp. Placée en protection, la
    S. M. SÉGUIN dût vite entrer en action contre un ennemi nombreux et mordant ; mais SÉGUIN
    électrisant son personnel européen et sénégalais sût maintenir les dissidents à distance, leur
    infligeant des pertes sérieuses.
    Le 9 juin, les 2 G. M. de Fez et Meknès furent sérieusement accrochés dans leur marche Scourra –
    12 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Tazouta, dans une région ravinée et couverte de broussailles ; la S. M. SÉGUIN fut à un moment
    donné particulièrement assaillie, sur une position, d'où elle tirait sans discontinuer, pour faciliter le
    repli d'échelons voisins. En peu de temps la section eût deux tireurs tués. La situation devenait
    critique. SÉGUIN ordonna le repli pièce par pièce, et remplit même les fonctions de tireur à la
    pièce restée en position. (Ce n'était pas le moment d'avoir un enrayage, déclara-t-il à son chef de
    bataillon à son arrivée au poste de Tazouta.)
    Quelques minutes plus tard, il était atteint d'une balle au côté gauche. Aidé par ses Sénégalais, il
    rejoignait en arrière l'emplacement de la première pièce, non sans s'être assuré qu'aucun matériel
    n'était oublié. Il passa le commandement de la S. M. à son sous-officier adjoint et bien qu'atteint
    mortellement, il eût l'énergie de se maintenir à cheval, jusqu'à ce qu'il eût rejoint l'ambulance.
    SÉGUIN fut soigné au poste de Tazouta d'abord et à l'hôpital de Fez, ensuite. Il souffrit
    terriblement, mais sur son lit de douleur, il fit preuve jusqu'à la dernière minute d'un très grand
    courage et d'une résignation stoïque. Il s'éteignit fin septembre et il eût à Fez des obsèques dignes
    du héros qu'il était. Le 11 juin, par télégramme, le général commandant en chef, sur la proposition
    du commandant du G. M. de Fez, avait octroyé au lieutenant SÉGUIN, la croix de Chevalier de la
    Légion d'honneur.
    -----o-----
    Fin juin 1917, le G. M. rentre à Fez laissant au poste de Tazouta pour achever la construction des
    bâtiments, les 1re et 2e compagnies sénégalaises sous les ordres du chef de bataillon. Entre temps, la
    3e compagnie venue d'El-Menzel, travaille à la construction de la ligne téléphonique Séfrou –
    Tazouta.
    Le 20 juillet, le poste étant achevé, le chef de bataillon rentre à son tour à Fez avec la 2e compagnie
    et une section de la 1re, 3 sections de cette dernière constituant la garnison du poste de Tazouta.
    -----o-----
    Du 22 juillet au 1er avril 1918, les unités du bataillon occupent différents postes de la subdivision
    de Fez. Matmata (4e), Tazouta (1re), Annoceur - Séfrou (3e).
    La S. H. R., les 2 S. M. et la 2e restent à Fez.
    -----o-----
    ATTAQUE DU BLOCKHAUS DE L'OUED-MATMATA
    (4 février 1918)
    ---o---
    Le 4 février 1918, vers 19 h.20 les Beni-Ouarraïn tentent de surprendre le blockhaus de l'Oued-
    Matmata, occupé en permanence par un sergent, un caporal et 8 hommes de la 4e compagnie.
    Grâce à la vigilance et au sang-froid du sergent BOUBAKARY, chef de poste, l'attaque échoua. Ce
    sous-officier fut cité à l'ordre de la subdivision.
    13 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Extrait de l'ordre général n° 76, de la subdivision en date du mars 1918
    BOUBAKARY, sergent au 18e bataillon sénégalais :
    « Le 4 février 1918, au cours d'une attaque de nuit de Matmata par un fort groupe d'adversaires
    déterminés, a fait preuve comme chef de poste, de sang-froid et d'énergie, sans subir aucune perte,
    et en a infligé à l'ennemi, l'obligeant à prendre la fuite. » (Croix de guerre avec étoile d'argent.)
    ................................................................................................................................................................
    Le 2 avril 1918, les 3e et 4e compagnies, les 2 S. M. et la 1re compagnie blanche du bataillon de
    mobilisés du Maroc, qui a été rattachée, pour le commandement, le 1er avril 1918, au 18e T. S., sont
    désignées pour constituer un groupe, sous les ordres du chef de bataillon LAURENT, du G. M. de
    Fez.
    Le G. M. quitte Fez le 3 avril 1918 et arrive le 6 à son objectif, la crête des Aït-Mohand,
    autrement désignée Tahala, sans avoir rencontré une résistance sérieuse de la part des dissidents. le
    groupe LAURENT formait l'arrière-garde du G. M.
    Les Beni-Ouarraïn s'étaient réservés pour la corvée d'eau qui allait se faire au jardin de Tahala à 3
    kilomètres environ au sud de la crête occupée. La protection de cette corvée est confiée au groupe
    Laurent renforcée de la compagnie montée, capitaine CATTIN, du Maghzen, sous-lieutenants
    BRUNEL et ROLOND, et de 2 pelotons de spahis sous les ordres du lieutenant BONNEFOY.
    Le Maghzen, le peloton BONNEFOY, la compagnie montée reçoivent comme objectif la crête
    située à l'ouest du jardin.
    La 3e compagnie sénégalaise a pour mission d'occuper les crêtes au sud-est du jardin. La compagnie
    blanche DEYZEMERY doit le prolonger à l'est ; la 4e compagnie est gardée en réserve et comme
    soutien de la section de 65 SADRIN, qui est placée sur une petite crête dominant le jardin à l'est et
    proche de ce dernier.
    Le demi-peloton BRUGUIÈRES est chargé de placer des vedettes sur le piton extrême de la
    position à l'est.
    A peine arrivés sur la crête située à l'est du jardin, le goum à pied et à cheval, le peloton
    BONNEFOY, la compagnie de Légion montée sont sérieusement accrochés par un ennemi qui
    s'était dissimulé dans le fond du ravin ; un corps-à-corps s'engage avec les dissidents qui font
    preuve d'un grand mordant. En très peu de temps nous eûmes les pertes suivantes :
    Maghzen. - 3 tués, 2 blessés, dont le sous-lieutenant BRUNEL ;
    Cavalerie. - 1 indigène blessé ;
    Compagnie de Légion. - 8 blessés dont les 3 officiers, 1 sergent et 1 homme tués ;
    18e bataillon sénégalais. - 1 tué, le mitrailleur ZIMMERMANN de la S. M. BOUTRY ; 1 blessé, le
    soldat CONQUET de la compagnie blanche.
    La compagnie de Légion montée qui s'était engagée tout près du Ravin, se replie en bon ordre et
    vient occuper la crête la plus rapprochée du jardin, prolongeant les 2 pelotons BONNEFOY qui
    combattaient à pied sur la même crête. Peu de temps après, le lieutenant BONNEFOY ayant à faire
    à un ennemi supérieur en nombre, demande du renfort et des cartouches. Le commandant du groupe
    le fait relever par un peloton de la 4e compagnie sénégalaise et sa S. M.
    Les 2 pelotons BONNEFOY reçoivent l'ordre d'aller renforcer sur le piton extrême à l'est, les 10
    cavaliers de l'adjudant BRUGUIÈRES.
    14 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Les fractions BOURDEAU, 3e compagnie sénégalaise et DEYZEMERY, compagnie blanche, sur
    les crêtes du sud-est du jardin, s'étaient heurtées à un certain nombre de dissidents qui ouvrirent le
    feu à 500 mètres. Ces dissidents furent repoussés par les feux de nos mitrailleuses et de nos F. M.
    Pendant cette action, le mitrailleur ZIMMERMANN fut tué sur sa mitrailleuse. Le conducteur
    CONQUET de la compagnie blanche, fut blessé, ainsi qu'un conducteur indigène de la section de
    65.
    A 13 heures, les 2 compagnies de renfort demandées par le chef de bataillon LAURENT au colonel
    commandant le G. M. arrivèrent (une de ces compagnies, tirailleurs du bataillon FABRE) est
    envoyée sur la crête à l'ouest du jardin pour prolonger la gauche du peloton ÉRARD (près de la
    Mechta en feu). L'autre compagnie (21e compagnie de Légion du bataillon DESJOINS) fut placée,
    un peloton en réserve au 65 et un peloton sur la lisière ouest du jardin, déjà occupée par une section
    et la S. M. de la compagnie montée.
    A partir de 14 heures les dissidents firent preuve de moins de mordant et furent copieusement
    arrosés par toute l'artillerie du G. M. en position sur la crête Aït-Mohand et par la section
    d'artillerie de 65 SADRIN, qui, à elle seule, tira 268 obus.
    La corvée d'abreuvoir terminée, le groupe de protection rentra au camp à 19 heures sans être
    inquiété par les dissidents qui ne tirèrent que quelques coups de fusil sur les éléments les plus à l'est.
    Cette affaire fut chaude et malheureusement fut chèrement payée, mais indépendamment des pertes
    sévères infligées à l'ennemi, elle eût l'avantage de refroidir le zèle des dissidents qui ne revinrent
    plus attaquer dans la suite, la corvée d'eau.
    A mentionner particulièrement la belle conduite du mitrailleur ZIMMERMANN. Cet enfant
    d'Alsace, chef de famille, dégagé de toute obligation militaire, avait dès le début des hostilités,
    contracté un engagement pour la durée de la guerre. Il trouva une mort glorieuse à son poste de
    combat, remplissant ses fonctions de tireur avec un réel mépris du danger.
    A la suite de cette affaire, les récompenses suivantes furent accordées :
    Extrait de l'ordre général n° 91 en date du 30 mai 1918
    (Citations à l'ordre de l'Armée.)
    BRUNEL (Raymond – Émile), sous-lieutenant au 18e bataillon sénégalais, détaché au S. R. :
    « Officier très brave déjà deux fois cité pour son cran. Le 6 avril 1918, au combat d'Arba de
    Tahala, a magnifiquement enlevé ses cavaliers Maghzen, par deux fois, à l'attaque des crêtes
    occupées par l'ennemi. A été blessé au cours d'un combat corps-à-corps. (Croix de guerre avec
    palme.)
    Le sous-lieutenant BRUNEL reçoit la décoration du Mérite Chérifien.
    ZIMMERMANN (Antoine), 2e classe, mitrailleur au 18e bataillon sénégalais :
    « Alsacien-Lorrain engagé au service de la France, a fait preuve de bravoure et de sang-froid sur
    tous les fronts ; s'est particulièrement distingué, le 6 avril 1918, au combat de l'Arba de Tahala,
    en servant sa mitrailleuse sous le feu violent d'un ennemi rapproché. Est tombé glorieusement au
    cours de l'engagement. » (Croix de guerre avec palme.)
    15 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Extrait de l'ordre général n° 78 en date du 10 juin 1918
    (Citations à l'ordre de la Colonne.)
    CONQUET (Joseph – Émile), 2e classe à la compagnie blanche du 18e Sénégalais :
    « Le 6 avril 1918 à l'Arba de Tahala, a reçu une grave blessure à son poste de combat, a fait
    preuve de sang-froid et de courage en ramenant son mulet à l'abri pendant que sa section mettait en
    batterie sous le feu de l'ennemi. » (Croix de guerre avec étoile de bronze.)
    ................................................................................................................................................................
    Extrait de l'ordre de félicitations en date du 10 juin 1918
    BABEC (Frédéric – Germain), 2e classe, à la compagnie blanche du 18e bataillon sénégalais ;
    CHAUVIN (Auguste -René), 2e classe, à la compagnie blanche du 18e bataillon sénégalais ;
    SEREC (Joseph), 2e classe, à la compagnie blanche du 18e bataillon sénégalais ;
    NEVEU (Louis – Eugène), 2e classe, à la compagnie blanche du 18e bataillon sénégalais ;
    RAZAT (Henri), caporal à la compagnie blanche du 18e bataillon sénégalais :
    « Faisant partie d'une demi-section d'assaut, n'ont pas hésité à bondir sur une crête qu'ils savaient
    occupée, ont réussi, en utilisant le terrain sous les balles, à ouvrir un feu rapide sur un fort groupe de
    cavaliers armés, qui, surpris, ont pris la fuite, abandonnant un point d'où ils prenaient nos positions
    de droite d'enfilade et de revers. »
    ................................................................................................................................................................
    Extrait de l'ordre de félicitations du 29 juillet 1918
    HUBERT (Émile), matricule 25ie 7024, sergent au 18e bataillon sénégalais :
    « Belle attitude au feu, exemple de calme et de courage, s'est signalé le 6 avril 1918, au combat de
    Tahala, où l'intervention de sa pièce a permis à la compagnie montée de se replier. Très bon
    gradé. »
    MAMADY-BAMBA, matricule 873, adjudant au 18e bataillon sénégalais :
    « Excellent gradé indigène. S'est distingué au combat de Tahala, le 6 avril 1918, où il a contribué
    par son sang-froid, son exemple et son ascendant sur les hommes, à maintenir une discipline
    parfaite sur la ligne de feu. »
    Du 7 avril au 15 mai, les 3e et 4e compagnies, les 2 S. M. du 18e T. S. ainsi que la compagnie
    16 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    blanche DEYZEMERY, stationnent à l'Arba de Tahala. Elles concourent à la construction du
    poste et à la sécurité des convois. Pendant presque tout le laps de temps, il plut dans la région ; les
    Sénégalais tinrent bien, il n'y eût presque pas d'évacuations. Leur résistance au froid humide fut
    remarquable.
    Le 16 mai, tout le G. M. rentre à Fez.
    -----o-----
    Le 26 mai, le groupe LAURENT, renforcé de la 1re compagnie blanche subdivisionnaire part à
    Chantaoura (7 kilomètres au sud d'El-Menzel) y construire un blockhaus. Les travaux furent très
    rapidement menés, les Sénégalais rivalisèrent d'entrain pour l'extraction et l'apport des matériaux.
    -----o-----
    Le 18 juin, le groupe rentre à Fez. Il en repart le 19, avec tout le G. M. pour la région de Djenan-
    Mejbeur, sur le Lében, à 30 kilomètres au nord-est de Tissa.
    Les dissidents, Branès en majorité, s'y agitent ; il faut les châtier, et nous implanter près d'eux par la
    création d'un poste (qui fut celui de Bab-Mizab). La région dans laquelle va opérer le G. M., est
    très accidentée ; crêtes élevées à pentes raides et garnies de broussailles ; ravins profonds ; l'effort
    sera encore rendu plus dur par la température très chaude de fin juin. Là comme ailleurs, les
    Sénégalais se montrèrent à la hauteur de leur tâche ; la compagnie blanche DEYZEMERY
    (rattachée pour le commandement au 18e T. S.) s'y distingua et y mérita une citation à l'ordre du G.
    M. de Fez.
    Le 23 juin 1918, le commandant du G. M. de Fez décide une reconnaissance de la crête Beni-
    Mohamed, où il devait construire un poste qui serait occupé par une garnison fournie par la
    subdivision de Taza. Le groupe LAURENT fut ce jour renforcé d'une compagnie du 4e T. A.
    (capitaine LAJOUX) qui garnisait dans un blockhaus voisin.
    Extrait de l'ordre général n° 8 pour la journée du 23 juin 1918
    Le G. M. se portera en 3 colonnes sur la ligne jalonnée par la crête d'El-Kouba et la crête des
    Beni-Mohamed.
    Réveil 3 h.45. Éléments prêts à partir 4 h.45.
    Composition des groupes :
    A). - Groupe léger, commandant DODUN ;
    B). - Groupe de gauche, commandant LAURENT moins 1 section restée à Djenan-Mejbeur
    (adjudant GUICHARD, 3e compagnie), compagnie LAJOUX, 4e Tirailleurs Algériens ; 1 batterie
    de 65 (capitaine DESGRANGES).
    C). - Groupe du centre, commandant GASQUET ;
    D). - Groupe de droite, commandant FABRE ;
    Groupe LAURENT : P. I. Rochers à l'entrée du Saël-el-Arabi. Heure de passage de la tête du
    groupe, 5 h.30.
    Exécution du mouvement :
    A). - Le groupe léger se portera directement du Bou-Alima, sur le mamelon d'El-Kouba qu'il
    17 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    occupera.
    B). - Le groupe LAURENT se portera sur le même objectif en arrière et à droite du groupe léger,
    qu'il relèvera sur le mamelon d'El-Kouba.
    C). - Le groupe GASQUET s'installera avec son artillerie en position d'attente dans le lit du Lében,
    au sud de la croupe des Beni-Mohamed. De là il appuiera par le feu de son artillerie le mouvement
    des groupes LAURENT et FABRE avec lesquels il se tiendra en liaison dans la mesure du
    possible.
    D). - Le groupe FABRE, précédant le groupe GASQUET, se portera à l'attaque de la croupe des
    Beni-Mohamed, par les pentes situées entre la côte 656 et le Lében. (Carte au 1/200.000 du S. S.
    du Maroc.)
    E). - 200 partisans Tsouls, sous le commandement du capitaine SELVE, appuieront vers l'est le
    mouvement du groupe FABRE et se trouveront au point du jour à la côte 656.
    Le commandant du G. M. marchera avec le groupe LAURENT.
    Ordres donnés par le commandant du groupe LAURENT :
    Ordre de marche du groupe : peloton AUVRAY, compagnie sénégalaise ÉRARD, compagnie
    blanche DEYZEMERY, compagnie de T. A. LAJOUX, batterie de 65, compagnie sénégalaise
    BOURDEAU. Le départ s'effectue à l'heure fixée.
    Un court arrêt se produit vers 5 h.40, pour permettre au groupe léger DODUN, qui devait flanquer à
    gauche le groupe LAURENT, de franchir le ravin Oued-Noual, très escarpé.
    Vers 6 heures, la compagnie ÉRARD se déploie sur les premières pentes du Kouba, pendant qu'une
    section de 65 effectue une mise en batterie pour faciliter la progression du groupe léger, qui se
    trouve déjà aux prises avec les dissidents occupant la partie ouest de la crête Kouba. Cette section
    ne peut intervenir, il était très difficile de repérer l'ennemi bien dissimulé et tirant des cartouches à
    poudre sans fumée.
    Le groupe léger ne tardait d'ailleurs pas à serrer de près les dissidents :
    A 6 h.15, la compagnie ÉRARD est postée sur la partie est de la croupe primitivement occupée par
    le peloton AUVRAY. La compagnie DEYZEMERY est portée à hauteur et à la gauche de la
    compagnie ÉRARD, sur la position de la section de 65. La compagnie BOURDEAU doit suivre la
    progression avec la 2e section de 65 et la section Munitions.
    A 6 h.30, tous ces éléments sont postés en avant en deux colonnes : la compagnie ÉRARD à droite
    sur la croupe de la Mechta qu'elle doit occuper (en y relevant la cavalerie du groupe léger
    DODUN) ; la compagnie blanche (DEYZEMERY) à gauche avec objectif le sommet de la Kouba
    où se trouvaient déjà un certain nombre de partisans. La compagnie LAJOUX, l'artillerie et la
    compagnie BOURDEAU doivent suivre la compagnie blanche. Cette dernière gravit à belle allure
    les pentes raides de la Kouba et en atteint le sommet à 7 h.05. Elle y relève les partisans en
    prolongeant la ligne à l'est sur un éperon enfilé de trois côtés par les balles de petit calibre d'un
    ennemi bien dissimulé et posté à peine à 300 mètres de distance.
    A 7 h.10, occupé à rechercher les objectifs à donner à ses F. M., ce brave lieutenant BERNARD de
    la compagnie blanche, qui par son courage calme et résolu avait largement contribué à faire gravir
    par ses hommes, d'un très bel élan, les pentes raides de la Kouba est tué d'une balle en plein coeur.
    Quelques minutes après, le chef de l'équipe des F. M., le soldat ALIESSE est lui-même grièvement
    blessé à son poste de combat.
    Les hommes de la compagnie blanche, voulant venger leur regretté lieutenant, se transforment alors
    18 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    en guetteurs passionnés, tirent avec rage sur les dissidents et réussissent à faire diminuer l'intensité
    de leur feu.
    A 7 h.10, la compagnie ÉRARD avait occupé son objectif et à 7 h.20 la compagnie LAJOUX et
    l'artillerie arrivaient sur le sommet de la Kouba. La batterie de 65 s'y mettait immédiatement en
    position battant : une section le sommet des Beni-Mohamed et les ravins au nord (but : faciliter la
    marche du groupe FABRE), l'autre section : les ravins au nord de la Kouba. Quelques salves
    heureuses délogèrent un certain nombre de dissidents. Les compagnies LAJOUX et BOURDEAU
    occupèrent la partie ouest de la crête à l'extrémité de laquelle se trouvait le peloton AUVRAY.
    Jusqu'à 13 heures, les mitrailleuses et F. M. seuls eurent à intervenir sur les dissidents débusqués par
    les obus de 65.
    A 13 h.15, l'ordre du décrochage arriva. Il devait se faire sous la protection : d'une part, du groupe
    DODUN situé sur une crête entre la Kouba et le Beni-Mohamed (occupé par le groupe FABRE) et
    d'autre part sous la protection du groupe GASQUET et de la batterie de 75 situés au camp de
    Djedida.
    A 13 h.05, la compagnie ÉRARD et une section de 65 firent un premier bond de repli et occupèrent
    une crête située sur la rive droite du Lében. De cette position, elles auraient, le cas échéant, pu
    faciliter le repli des trois autres compagnies.
    Les T. C. et S. M. se replient à 13 h.15 et à 13 h.30, la compagnie ÉRARD étant en place, tous les
    fantassins restant ainsi que le peloton AUVRAY décrochèrent à une vive allure. Les dissidents ne
    nous inquiétèrent pas et à 15 h. le groupe LAURENT s'installait au camp de Djedida.
    La dépouille du lieutenant BERNARD fut transportée à Fez où des funérailles dignes de ce brave
    lui furent faites.
    A la suite de cette affaire, les récompenses suivantes furent accordées :
    Citations à l'ordre de l'Armée
    Ordre général n° 99 du Général commandant en chef au Maroc
    en date du 26 juillet 1918
    ALIESSE (Arthur), 2e classe, matricule 963 de la compagnie blanche du 18e bataillon de T. S.
    « Excellent chef d'escouade de F. M., toujours volontaire pour les missions périlleuses, se
    distinguant en chaque circonstance par son courage et son sang-froid. Le 23 juin 1918, à la crête de
    la Kouba, son officier étant tombé mortellement blessé à côté de lui, a immédiatement pris le
    commandement de sa fraction et a reçu trois blessures en établissant ses pièces sur la même
    position »
    BERNARD (Daniel – Pierre – Joseph), lieutenant à la compagnie blanche du 18e bataillon de T. S. :
    « Officier plein d'entrain et de bravoure, était l'âme de son peloton. Le 23 juin 1918 au combat des
    Beni-Mohamed, sous un feu violent et bien ajusté, s'est audacieusement posté avec quelques
    hommes sur un éperon avancé d'où il pouvait battre efficacement les pentes que les insoumis
    commençaient à gravir.
    « Tombé glorieusement à son poste de combat. »
    ................................................................................................................................................................
    Ces citations comportent l'attribution de la croix de guerre avec palme.
    19 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Extrait de l'ordre général n° 87 en date du 26 juillet 1918
    Le Général CHERRIER commandant la Subdivision de Fez, cite à l'ordre de la subdivision les
    militaires dont les noms suivent :
    ................................................................................................................................................................
    LAURENT (Jules), chef de bataillon au 3e Colonial, commandant le 18e Sénégalais :
    « Officier supérieur d'une bravoure toujours souriante et d'un sang-froid imperturbable dans les
    circonstances les plus critiques ; le 23 juin 1918, au combat des Beni-Mohamed sous un feu violent
    et bien ajusté qui venait de nous faire subir des pertes douloureuses, a, par son calme et son mépris
    du danger, électrisé les jeunes troupes qu'il avait sous ses ordres. » (Croix de guerre avec étoile en
    argent.)
    ................................................................................................................................................................
    Extrait de l'ordre général n° 87 en date du 26 juillet 1918
    Le lieutenant-colonel HURÉ commandant le G. M. de Fez, cite à l'ordre de la Colonne, les
    militaires dont les noms suivent qui se sont distingués pendant les opérations du groupe mobile :
    La 1re compagnie blanche du 18e bataillon sénégalais et sa S. M. :
    « Au combat de Beni-Mohamed le 23 juin 1918, courageusement entraînée par son chef, le
    capitaine DEYZEMERY, et par le lieutenant BERNARD, a gravi, d'un bel élan, malgré les
    difficultés du climat et du terrain, le sommet de Kouba ; a ensuite magnifiquement organisé la
    position sous un feu intense et bien ajusté où le lieutenant BERNARD est tombé glorieusement.
    S'est déjà signalée au combat de l'Arba de Tahala. »
    DABA-TARAVRÉ, matricule 10539, 1re classe au 18e bataillon sénégalais :
    « Tirailleur d'élite, remarquable d'entrain et de bravoure. Le 23 juin 1918, au combat des Beni-
    Mohamed, est arrivé le premier de sa section sur la position battue par le feu de l'ennemi,
    entraînant ses camarades par son bel exemple. »
    LOYER (Pascal), médecin aide-major à T. T. au 18e bataillon sénégalais :
    « Le 23 juin 1918, au combat des Beni-Mohamed, s'est particulièrement signalé en pansant des
    blessés sous les balles arrivant de trois côtés sur la position. Avait déjà témoigné d'un beau mépris
    du danger au combat du 6 avril 1918 à l'Arba de Tahala. »
    VALABRÈGUE (Paul Henri), lieutenant au 18e bataillon sénégalais :
    « Officier de cavalerie servant sur sa demande dans l'infanterie. D'une bravoure calme et résolue,
    20 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    toujours prêt à l'assaut, s'est particulièrement signalé au combat du 23 juin 1918, dans la région de
    Beni-Mohamed, comme officier de liaison en portant des ordres dans un pays très accidenté et
    couvert, sans se laisser arrêter par les coups de feu tirés par un ennemi bien dissimulé dans les
    buissons. »
    ................................................................................................................................................................
    Ces citations comportent l'attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze.
    Extrait d'ordres de félicitations du 29 juillet 1918
    ................................................................................................................................................................
    FAVRE (Albert Désiré), 2e classe, à la compagnie blanche du 18e Sénégalais :
    « Excellent agent de liaison qui s'était déjà fait remarquer au combat de Tahala, pour son
    intelligence et son courage. A donné le 23 juin 1918, une nouvelle preuve de sa valeur au combat
    des Beni-Mohamed, en assurant de façon parfaite la transmission des ordres qui lui étaient
    confiés. »
    ................................................................................................................................................................
    CORBIÈRE (Raoul Émile), caporal au 18e bataillon sénégalais :
    « Caporal infirmier d'un groupe, remplit ses fonctions avec bravoure et calme en plein combat,
    donnant un bel exemple de mépris du danger. »
    ................................................................................................................................................................
    Le 26 juin 1918, le G. M. de Fez, moins le groupe FABRE qui s'est posté sur la crête Djebel Krun
    pour y construire un poste, se porte au camp de Djenan Mejbeur en suivant le lit du Lében (10
    kilomètres à l'ouest). Il y arrive à 10 h.30.
    A 11 heures, le commandant LAURENT reçoit l'ordre verbal de se porter avec son groupe, renforcé
    du groupe GASQUET, de la compagnie de Légion montée, des goums à pied et à cheval, d'un
    peloton de cavalerie et d'une batterie de 65 sur la crête de Bab-Mizab, emplacement du futur poste.
    Les renseignements suivants sont donnés au commandant LAURENT : la crête de Bab-Mizab,
    distante de 2.800 mètres de Djenan Mejbeur est occupée par les Senadjah. (On les voyait
    nombreux à l'oeil nu.) Ils ne s'opposeront peut-être pas à l'occupation de la crête. En tout cas avancer
    et ne tirer sur eux que s'ils tirent les premiers sur nous. Les 4 canons de 75 et les 2 canons de 80 de
    Djenan Mejbeur devaient, le cas échéant, arroser la crête de Bab-Mizab pour faciliter le
    mouvement des troupes.
    A 11 h.45, le commandant LAURENT, ayant réuni ses divers commandants de groupe, leur donne
    l'ordre verbal suivant :
    21 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Le détachement se postera sur la crête de Bab-Mizab et les crêtes voisines A et B (voir croquis) en
    trois colonnes.
    1° Colonne de gauche sous les ordres du commandant GASQUET : un peloton de cavalerie, groupe
    GASQUET et batterie de 65.
    Objectif : la crête A (désignée sur le terrain).
    22 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    2° Colonne du centre sous les ordres du capitaine BOURDEAU : un peloton de cavalerie, les 3
    compagnies du groupe LAURENT (3e et 4e compagnies sénégalaises, compagnie blanche).
    Objectif : la crête de Bab-Mizab.
    3° Colonne de droite, sous les ordres du lieutenant THILL : compagnie de Légion montée, goums à
    pied et à cheval.
    Objectif : la crête B.
    Le commandant du détachement marchera d'abord avec le groupe GASQUET.
    Départ 12 h.15.
    Observation : Le mouvement s'effectuera la gauche largement en avant. En cas de résistance
    sérieuse, en effet, le groupe GASQUET une fois installé en A devait faciliter le mouvement des
    deux autres colonnes : la crête A dominait la crête de Bab-Mizab.
    Le groupe THILL devait se garder d'une manière toute particulière sur son flanc droit.
    A 12 h.45, les dissidents ouvraient le feu à petite distance sur le groupe GASQUET (un homme
    blessé). Les spahis bientôt soutenus par les fantassins ripostent. Le groupe GASQUET occupe son
    objectif. La batterie de 65 (lieutenant MALTERRE) ouvre le feu sur la crête de Bab-Mizab et sur
    la crête B. Au même moment, les 75 et les 80 de Mejbeur couvrent d'obus explosifs les deux crêtes
    précitées. Les dissidents abandonnent ces tranchées qu'ils avaient construites. Les colonnes
    BOURDEAU et THILL accélèrent leur mouvement et au pas de charge sonnée par les clairons
    sénégalais, occupent leurs objectifs respectifs. Il était 13 h.10. Les dissidents encore accrochés sur
    les pentes descendant vers le nord, sont chassés par les feux de salve et par les rafales des
    mitrailleuses et F. M. L'organisation de la crête de Bab-Mizab commence aussitôt. Un parapet
    s'élève vite, car il faut se protéger sur le versant nord-ouest des coups tirés par quelques dissidents
    bien dissimulés dans les broussailles. En peu de temps, nous eûmes un sergent indigène et trois
    tirailleurs sénégalais assez grièvement blessés (MOUSSA KONÉ, sergent ; KARI TARAORÉ ;
    DAUSOKO KAUSARA ; BAUDIOUGOU DIALLO T. S., 3e compagnie du 18e T. S.), mais ces
    pertes ne ralentissent pas un instant le travail de la face. Chacun oubliant la fatigue de la matinée
    (on s'était mis en route à 4 h.) pioche avec ardeur.
    Pendant cette organisation, le groupe THILL en B tirait sans discontinuer sur les dissidents qui
    devenaient de plus en plus mordants dans cette direction. L'artillerie dut même tirer pour battre les
    ravins à l'est de B. A 17 h.30, ce groupe rentrait à Mejbeur et des petits postes de cavalerie nous
    gardaient dans cette direction.
    A partir du coucher du soleil, les dissidents ne réagirent pas et la nuit fut calme. Leurs pertes avaient
    été sérieuses. Dès le lendemain, un assez grand nombre vinrent faire leur soumission. Un
    bombardement par avions et par l'artillerie installée à Bab-Mizab, les 27 et 28 juin, sur les gros
    villages situés au nord du camp décida les plus réfractaires à venir demander l'aman.
    A la suite de cette affaire, les récompenses suivantes furent accordées :
    Extrait de l'ordre général n° 82 en date du 26 juillet 1918
    Le lieutenant-colonel HURÉ, commandant le G. M. de Fez, cite à l'ordre de la Colonne les
    militaires dont les noms suivent :
    23 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    BANDIOUGOU DIALLO, 2e classe, matricule 2639, de la 3e compagnie du 18e Sénégalais :
    « Fusil-mitrailleur, a participé à l'assaut de la crête de Bab-Mizab le 26 juin 1918, est resté
    pendant trois heures dans l'endroit le plus exposé de la position conquise protégeant par son feu très
    précis la mise en état de défense et a été blessé à son poste. »
    KARI TARAORÉ, matricule 15577, 2e classe à la 3e compagnie du 18e Sénégalais :
    « Clairon de la compagnie, a donné un bel exemple d'endurance et de bravoure à l'assaut de la crête
    de Bab-Mizab : a été blessé grièvement le 26 juin 1918, en travaillant dans un endroit très exposé
    de la position conquise pendant la mise en état de défense. »
    (Croix de guerre avec étoile de bronze.)
    Du 27 juin au 10 juillet 1918, le détachement LAURENT construit le poste de Bab-Mizab sans
    être inquiété par les dissidents. En onze jours, le poste fut terminé et sa source aménagée. Ce record
    doit être signalé pour rendre hommage à l'ardeur dont firent preuve les travailleurs. Les Sénégalais
    en particulier s'y surpassaient dans le transport des matériaux et travaux de terrassement.
    Laissant 30 Sénégalais de la 1re compagnie sous les ordres d'un adjudant, comme garnison du poste,
    le groupe mobile rentra à Fez où il fut passé en revue à son arrivée par le général commandant en
    chef qui remit un certain nombre de décorations.
    -----o-----
    De fin juillet à décembre 1918, certaines unités du 18e T. S. sont réparties dans les divers postes de
    la subdivision de Fez ; d'autres effectuent des travaux divers. A signaler particulièrement la
    participation des 3e et 4e compagnies sénégalaises et de la compagnie blanche du 18e T. S. à la
    construction du blockhaus en bois destiné à protéger le point d'eau du poste de Bou-Knadel où les
    Beni-Ouarraïns venaient de surprendre et mettre à al la corvée d'eau quotidienne du poste. Ce
    blockhaus fut édifié en 18 heures. Il était terminé alors que les dissidents n'avaient sûrement pas fini
    de s'entendre sur l'action qu'ils devaient entreprendre contre nous.
    A signaler aussi la belle défense du groupe de six T. S. protection de la source au poste de Bab-
    Mizab lors de l'embuscade qui leur fut tendue le 19 septembre 1918. Ce groupe de six fusils rallia
    le poste, se défendant pied à pied, infligeant des pertes à l'adversaire, ramenant ses deux blessés
    ainsi que leurs armes et munitions.
    Pour cette petite affaire, les récompenses suivantes furent accordées :
    Ordre général n° 77 du lieutenant-colonel commandant le G. M. de Fez,
    en date du 6 octobre 1918
    Sont cités à l'ordre du G. M. de Fez :
    24 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    BAKARY KEITA et MEME DIARRASSOUBA, 1re classe du 18e T. S. :
    « Tirailleur courageux et dévoué, le 19 septembre 1918, blessé dans une embuscade tendue par un
    groupe d'adversaires à la source du blockhaus de Bab-Mizab a fait preuve de courage et de sangfroid
    continuant à faire le coup de feu quoique blessé. A rejoint le poste après un dur combat, se
    défendant pied à pied. »
    Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre avec étoile de bronze.
    ------o-----
    Le 14 décembre 1918, le 18e T. S. désigné pour faire partie des troupes qui doivent opérer dans le
    territoire de Bou-Denib (Tafilalet) quitte Fez. La situation est devenue grave dans cette région. Le
    faux chérif NIFROUTEN grisé par son succès de Gaouz (août 1918) assiège les postes d'Erfoud
    et de Tsar es Souk.
    Les différentes unités du bataillon qui sont dans les postes de la subdivision de Fez sont
    rassemblées en cours de route. Le 20 décembre 1918, le 18e T. S., moins sa section H. R. qui est
    restée à Fez, se trouve concentré à Taza. Il a été renforcé par la S. M. de la compagnie blanche
    restée à Fez.
    Le 10 janvier 1919, le bataillon arrive à Bou-Denib. Les étapes par terre avaient été faites
    allègrement ; malheureusement le voyage en chemin de fer Oran – Colomb-Béchar fut marqué par
    un incident très regrettable : les deux trains qui transportaient le bataillon eurent une panne de 28
    heures à Méchéria (1.400 mètres d'altitude) le 1er janvier 1919. Pendant la nuit de cet arrêt forcé,
    les Sénégalais furent éprouvés par le froid humide (il neigeait). A l'arrivée à Colomb-Béchar, une
    soixantaine furent évacués pour pieds gelés ; l'un d'eux a dû être amputé des deux pieds. A Béchar,
    la nuit du débarquement, le thermomètre descendit à – 8°.
    Le 13 janvier 1919, le 18e T. S. quitte Bou-Denib avec le G. M., que commandera le Général
    POEYMIRAU jusqu'au jour où il sera blessé devant Meski, pour se porter sur l'Oued Ziz. Il aura à
    opérer dans une région désertique, sans eau, sauf dans l'Oued Ziz dont l'approche nécessitera
    presque toujours un combat. Les palmeraies de l'Oued Ziz sillonnées de canaux d'irrigation, de
    parapets en pisé sont d'une praticabilité très difficile. Et si les indigènes les inondent, il faudra les
    tourner.
    Malgré le froid, les Sénégalais font bonne figure. Ils ne furent sérieusement engagés qu'au combat
    du 31 janvier 1919 qui devait démolir la dernière résistance du NIFROUTEN : le camp de son
    khalifat fut enlevé à Embarek (5 kilomètres ouest Erfoud). Ce jour-là, le G. M. quitte Tizani (12
    kilomètres nord d'Erfoud) pour se porter sur Embarek où est campée, au milieu des palmiers, la
    harka du khalifat. Comme la veille, le bataillon est réservé, comme bataillon de manoeuvre. A
    10 h.30, le bataillon reçoit l'ordre de se porter entre le bataillon avant-garde et le bataillon flancgarde
    de droite qui, devant attaquer après avoir fait face à gauche, n'avaient pas encore opéré leur
    liaison. A 11 h.30, la 1re compagnie du 18e T. S. se porte en ligne entre les deux bataillons précités.
    Les trois autres compagnies suivront le mouvement sauf la 4e qui est envoyée en soutien de la
    batterie de 75. Le combat s'engage et la 1re compagnie sénégalaise prit une part brillante à l'assaut
    du camp du khalifat. Son mérite fut d'autant plus grand que cette compagnie comptait environ 60
    recrues reçues à Colomb-Béchar. Elle n'eut aucune perte d'hommes, seul son mulet d'outil fut tué
    pendant la progression. La 4e compagnie eut un tirailleur disparu et un blessé au bras. Le corps du
    disparu fut trouvé le lendemain traversé d'une balle ; il fut ramené au camp d'Erfoud.
    25 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    A la suite de cette affaire, les récompenses suivantes furent accordées :
    Citations à l'ordre de la Subdivision de Meknès
    (Ordre général n° 109 du 26 avril 1919.)
    ................................................................................................................................................................
    MESNARD (Victor Louis), lieutenant, commandant la 1re compagnie du 18e bataillon sénégalais :
    « Bien que démobilisable, a demandé à prendre part, avec une compagnie du 18e bataillon
    sénégalais, aux opérations de janvier 1919, dans le territoire de Bou-Denib. S'est particulièrement
    distingué au combat des « Ouled-Embarek », le 31 janvier 1919, en conduisant avec une bravoure
    superbe, sa compagnie à l'assaut du camp de la harka. »
    MEUNIER (Jules Auguste), adjudant de la 1re compagnie du 18e bataillon sénégalais :
    « Sous-officier d'une bravoure magnifique et d'une rare énergie. S'est particulièrement distingué au
    combat « d'Embarek » le 31 janvier 1919, où il a conduit sa section à l'assaut des retranchements
    ennemis avec le plus bel entrain et un superbe mépris du danger. »
    ................................................................................................................................................................
    Les militaires figurant sur la présente liste recevront le Ouissam Alaouite Chérifien.
    Ordre général n° 111, en date du 26 avril 1919
    (Citations à l'ordre de la Colonne)
    ................................................................................................................................................................
    SCHUMACHER (Georges Adolphe), matricule 69, sergent-major à la 1re compagnie du 18e
    bataillon sénégalais :
    « Sous-officier brave et très énergique. Très dévoué. Blessé au début de la campagne, s'est
    particulièrement distingué, le 31 janvier 1919, au combat d'Embarek, en se montrant toujours aux
    points les plus exposés, avec un mépris absolu du danger, en enlevant sa section à l'assaut des
    positions solidement défendues et en y pénétrant un des premiers. »
    SOUMANA DIARA, matricule 12127, 1re classe, à la 1re compagnie du 18e Sénégalais :
    « Excellent tirailleur, a fait preuve de sang-froid au combat d'Embarek, le 31 janvier 1919, en
    abattant un Marocain qui s'apprêtait à tirer presque à bout portant sur l'état-major. »
    JOHO SAKO, matricule 10308, caporal à la 1re compagnie du 18e bataillon sénégalais :
    « Chef d'escouade de fusil-mitrailleur, brave et énergique, s'est particulièrement distingué au
    combat d'Embarek, le 31 janvier 1919, en dirigeant avec sang-froid le tir de ses fusils-mitrailleurs.
    A enlevé son groupe à l'assaut avec un entrain merveilleux. »
    26 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    KABA KOUROUMA, sergent, matricule 4875 de la 1re compagnie du 18e bataillon sénégalais :
    « Excellent sous-officier, s'est particulièrement distingué par sa bravoure, au combat d'Embarek, le
    31 janvier 1919, en pénétrant un des premiers dans les positions ennemies. »
    MEFAL FALL, tirailleur de 1re classe, matricule 9593, de la 1re compagnie du 18e bataillon
    sénégalais :
    « Vieux serviteur, dévoué, plein d'entrain, énergique. S'est particulièrement distingué au combat
    d'Embarek le 31 janvier 1919, où il pénétra un des premiers dans la position ennemie. »
    ................................................................................................................................................................
    Les militaires figurant sur la présente liste recevront le Ouissam Alaouite Chérifien.
    Ordre général n° 112, en date du 27 avril 1919
    (Citations à l'ordre de la Colonne)
    ................................................................................................................................................................
    M'BAI-DIOUF, matricule 4986, 1re classe à la 1re compagnie du 18e bataillon sénégalais :
    « Tirailleur d'une bravoure magnifique et d'un dévouement sans bornes ; au Maroc depuis sept ans,
    a pris part à toutes les colonnes. Quoique à peine guéri d'une blessure reçue au combat de Gaouz, le
    9 août 1918, a tenu à revenir au Tafilalet pour venger ses camarades. S'est particulièrement
    distingué au combat d'Embarek le 31 janvier 1919, en portant des ordres sous un feu violent et en
    pénétrant un des premiers dans les positions ennemies. »
    ROCHE (Jules Jean), sous-lieutenant au 18e Sénégalais :
    « Officier brave et énergique qui se dépense sans compter. S'est distingué le 31 janvier 1919 au
    combat d'Embarek, où il sût maintenir, pendant plus de quatre heures et sous un feu violent une
    section composée en grande partie de jeunes tirailleurs qu'il entraîna ensuite à l'assaut avec un brio
    et un entrain merveilleux. »
    ................................................................................................................................................................
    Félicitations du Général commandant la Subdivision de Meknès
    (Ordre général n° 114, en date du 28 avril 1919.)
    ................................................................................................................................................................
    N'GOLO-BENGALI, tirailleur de 2e classe à la 1re compagnie du 18e Sénégalais :
    « Jeune tirailleur plein d'entrain, brave et énergique. S'est particulièrement distingué au combat
    d'Embarek, le 31 janvier 1919, où il pénétra un des premiers dans la position ennemie. »
    ................................................................................................................................................................
    27 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    PROPOSITIONS POUR RÉCOMPENSES
    (Lettre n° du 20 avril 1919, du Général commandant en chef)
    1° Sont proposés au Ministre :
    A) Pour officier de la Légion d'honneur :
    LAURENT (Jules), chef de bataillon commandant le 18e Sénégalais.
    ................................................................................................................................................................
    -----o-----
    Du 15 février au 5 mars, le 18e T. S. et le 1er bataillon T. A. font partie du groupe HURÉ, qui doit
    opérer une reconnaissance dans la région de Talsint au nord de Bou-Denib. Il fera froid dans cette
    région élevée. On franchira même le Grand Atlas au Tizy-Isly. Mais les Sénégalais sont aguerris. Il
    n'y eût ni traînards, ni évacués.
    La démobilisation du 1er échelon avait commencé la réduction des cadres. Pour parer à cet
    inconvénient, le bataillon fut constitué à 3 compagnies de manoeuvres.
    Les cadres restant rivalisèrent d'ardeur. Les pitonnages dans une région très accidentée
    s'effectuèrent avec entrain.
    Cette reconnaissance ne fut pas inquiétée par les dissidents.
    Les démolitions de certains ksours chez les Aït-Aïssa du Fertoumach ne produisirent aucune
    réaction. Seul, quelques dissidents au Teniet-Kert (sud-ouest de Talsint) tirèrent sans résultat sur
    l'arrière-garde de la colonne.
    -----o-----
    Après un repos de quelques jours à Bou-Denib, le 18e T. S., qui espérait rejoindre la subdivision de
    Fez, fut désigné comme troupe d'occupation du secteur nord-ouest du territoire de Bou-Denib :
    Gourrama - Rich.
    Sa section H. R. restée à Fez reçut l'ordre de venir l'y rejoindre. Il s'y trouve encore. San être un
    éden, cette région est sûrement la plus belle du territoire de Bou-Denib. Les jardins du Haut-Guir
    (Toulal, Gourrama, Titen Ali), plantés d'arbres fruitiers et d'oliviers (pas de palmiers), ceux du
    Haut-Ziz (Tialalin, Rich, Tamagourt) jettent une note gaie au milieu du terrain caillouteux qui les
    borde. La température de l'été 1919 a été très supportable ; quelques journées de sirocco, mais peu
    de sable, fixé qu'il est par les cailloux et les touffes de thym sauvage. Au point de vue alimentation,
    les moutons fournis par les nomades « Mesrouh » sont bien supérieurs à ceux qui arrivent d'Algérie,
    fatigués et étiques, parce que pas nourris pendant leur long voyage. Les boeufs du Tialalin et du
    Haut-Ziz ne sont point abjects. Quant aux légumes, le Haut-Guir fournit des pommes de terre, des
    oignons en abondance, et si on veut s'en occuper, les jardins des postes donnent des produits aussi
    beaux que variés.
    Au point de vue actions militaires, rien de particulier à signaler. Les nombreuses fractions placées à
    28 / 29
    Historique du 18e Bataillon de Tirailleurs Sénégalais
    Imprimerie L. Fouque – Oran
    numérisation : P. Chagnoux - 2009
    Toulal, Doigt de Dieu, Tamilhoust, Tiarinimine, N'Zala, Salem-Alickoum (près du Tizi-
    N'Talghemt) pour assurer la protection des convois, sur la piste Bou-Denib – Haute-Moulouya,
    n'ont pas été inquiétées par les irréductibles Aït-Hammou. Malgré l'absence de plus en plus grande
    de cadres européens, provoquée par la démobilisation et le départ de 600 de leurs anciens ayant plus
    de trois ans de Maroc, les jeunes Sénégalais de la relève ont fait bonne figure. Ce résultat est dû à
    l'effort intense fourni, tant aux sécurités qu'à l'instruction, par les cadres restant.
    Ayant une notion claire de leur tâche, ils ont fourni l'effort maximum. Leur en rendre hommage est
    un devoir.
    Gourrama, le 25 septembre 1919.
    Le Chef de bataillon,
    LAURENT
    Commandant le 18e T. S.
    29 / 29

    votre commentaire
  •  

    Province de Sefrou

    Dons royaux aux Chorfas des mausolées de Sidi Lahcen Lyoussi et Sidi Ali Bousarghine

    « Tous les articles

    Le Matin


    Une commission royale, présidée par Mohamed Semlali, a procédé mercredi dans la province de Sefrou à la remise de dons royaux aux Chorfas des mausolées de Sidi Lahcen Lyoussi et Sidi Ali Bousarghine, à l’occasion du 13ème anniversaire de la disparition de S.M. Hassan II, que Dieu l’ait en Sa Sainte miséricorde.
    Dans une atmosphère empreinte de piété et de recueillement, l’assistance a élevé des prières pour le repos de l’âme des regrettés Souverains S.M. Hassan II et S.M. Mohammed V, implorant le Tout-Puissant de les accueillir en Sa Sainte miséricorde et dans Son vaste paradis.
    Des versets du Saint Coran ont été également récités et des prières ont été élevées pour implorer le Tout-Puissant d’accorder gloire, santé et prospérité à Sa Majesté le Roi Mohammed VI et de combler le Souverain en les personnes de S.A.R. le Prince héritier Moulay El Hassan, de S.A.R. le Prince Moulay Rachid et de l’ensemble des membres de l’illustre famille royale. Cette cérémonie religieuse s’est déroulée notamment en présence du gouverneur de la province de Séfrou, Abdesslam Zouggar, des oulémas, des représentants des autorités locales et d’autres personnalités.

    Publié le : 16 Février 2012 - MAP

    votre commentaire
  • dscn3012dscn3006dscn2999dscn2953

     

    dscn3291dscn3285dscn3267dscn3265dscn3249dscn3246dscn3244dscn3237dscn3186dscn3179dscn3176dscn3172dscn3164dscn3155dscn3142dscn3136

    dscn3485dscn3464dscn3460dscn3445dscn3430dscn3422dscn3420dscn3419dscn3412dscn3409dscn3393dscn3310dscn3328dscn3333dscn3346dscn3360dscn3361


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires