• Souvenirs en vrac du vieux temps

    Quelques noms de mes amis de jeunesse d'El Menzel: Kacem Dounas, Abdallah Laaboudi, Omar Dounas (paix à son âme), Mohamed Dounas (qui vit aux USA), Larbi et Lhacen Ben Saïd (qu'ils reposent en paix), Kouicem, El Harrouf, Abdallah (surnommé "Pois chiche") dont je tais le nom de famille, le vieux Fquieh M'Koudi, et tant d'autres, à une époque où El Menzel ne s'étendait guère au-delà des anciens remparts et où tout ce qui a été construit depuis entre l'ancien souk, Aïn Kebir et Oulad M'Koudou était occupé par d'agréables jardins potagers et plantations d'oliviers, parsemés de sources et de ruisseaux. J'ai d'ailleurs habité dans la première maison qui a été construite à l'endroit où est aujourd'hui le lycée, derrière la station de Mchrir. Cette maison avait été construite par Ahmed Ben Saïd, frère des précédents, qui était alors boucher, comme ses autres frères Omar et Abdelkader. Ensuite M. Abdallah Gadi a fait construire l'immeuble qui est devant le nouveau souk, avec toutes ses boutiques, et les constructions se sont multipliées. Il n'y avait pas de route pour aller à Oulad M'Koudou, une simple piste, très mauvaise pour les voitures.
    La gendarmerie n'existait pas (nous dépendions de Bir Tam Tam).
    On prenait de l'essence en face de l'ancienne boutique de Mchrir (El Hadj, le père, qui m'aimait bien, que Dieu ait son âme), à une pompe en verre actionnée à la main!


    Le jour du souk, les petits pois se vendaient 5 centimes (1 riel) le kilo! C'est Meryem Chbatah (qu'elle repose elle aussi en paix) qui faisait mes courses et ma cuisine avant que je me marie.
    Que de souvenirs!

    Auteur:
    froissart

    ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Ta mémoire est restée intacte, cher Patryck, concernant la description D'El Menzel et ses environs. Nous l'avons connu comme toi et nous constatons avec désolation que l'évolution d'El Menzel a eu son "revers de la médaille ". Plus de ruisseaux, plus de Ain Daqqouq, Ain kbir laisse sortir encore quelques larmes qui lui restent pour pleurer sur son sort, et le béton a gagné les collines ! Heureusement le seigneur Cafazrou garde sa grandeur et veille sur la cuvette d'El Menzel et ses Kloue. Pourvu que ça dure !!.

    Tu m'as fait penser également à la première station d'essence manuelle de Machrir qui était au centre d'El Menzel, juste en face de l'ex-ancien Bureau du collabo "al Caid Alâarbi " et qui plus tard devenu une classe de C.P. L'instituteur était connu de tous les yazghi sans exception: c'était SI ASSOU qui plus tard était devenu CHAOUCH au collège ( qu'il repose en paix ). Il était estimé par tout le monde et on ne garde de lui que de bons souvenirs.

    Quant au collabo, le caid lâarbi, tu trouveras des témoignages auprès des anciens qui ont vécu sa tyrannie, et qui ont subi humiliations et violences de sa part. Mais n'empêche! Je lance un appel comme toi à ceux qui ont des anecdotes à raconter pour qu'ils ne les gardent pas pour eux et qu'ils l'expriment sur notre forum. " Il est possible de trouver dans une rivière ce qu'on ne trouvera pas dans la mer "!. Qui sait !!.
    L'idée d'un bouquin sur cette époque est une trés bonne idée, et je souhaite que tu arrives à écrire un bout d'histoire des Beni Yazgha car les livres retraçant l'origine de notre tribu nous font défaut, et je ne sais toujours pas si les Beni Yazgha qui au départ étaient à Bab ftouh - à l'entrée de Fes - étaient une tribu Arabe ou Berbére Arabisée. Je ne cherche absolument pas à polémiquer ou à ennuyer quiconque, car j'ai toujours posé la question en disant : pourquoi les yazghi parlent arabe, alors que nous sommes entourés de tribus berbéres ? Il est tout à fait normal que nous cherchions à connaitre nos origines, et à savoir d'où nous venons .

    Auteur:
    toumi10

    ______________________________________________________________________

    Un jour de souk, dans les années 80, j'ai pris ma caméra toute neuve et j'ai voulu filmer quelques scènes de notre grand événement du mercredi et du dimanche. J'étais à peine passé devant le bureau du contrôleur, à l'entrée, qu'une main s'est posée sur mon épaule. Je me suis retourné, et me suis trouvé face à face avec le Khalifa de l'époque, Si Hannafi, que je connaissais depuis 20 ans. Il m'a dit:
    "Msieur Patryck, vous ne pouvez pas filmer, c'est interdit".
    J'ai protesté, et lui ai dit que j'avais vu, le souk précédent, des touristes qui filmaient.
    "Oui, Msieur Patryck, mais vous, vous n'êtes pas un touriste. Seuls les étrangers peuvent filmer le souk".
    "Mais je suis un étranger, mon cher Hannafi..."
    "Non, Msieur Patryck, n'ta dianna, n'ta machi barani, donc vous ne filmerez pas".
    J'étais en colère, mais en même temps je venais d'entendre les plus belles des paroles: j'étais donc considéré comme un Beni Yazgha, à tel point que, comme tout Beni Yazgha, j'étais soumis aux règles arbitraires du régime de Hassan II !!!
    Elle n'est pas belle, mon histoire? Je vous jure qu'elle est authentique!


    Auteur:
    froissart
    ________________________________________________________________


    Bonjour à toutes et à tous,
    Je suis un nouveau yazghi sur ce forum. La lecture de quelques messages m'a fait vraiment plaisir et je suis content de vous écrire.
    Je me présente :
    - J'ai vécu à lmenzel entre 0 et 6 ans, à derb lgragra et à dyour jdad.
    - Mon grand père était l'Imam de la mosquée dans les années 60
    - J'ai deux oncles qui gèrent actuellement la boutique dite de Msloute (à coté de la mosquée) et un cousin qui a une boutique à lkhbayez.
    - Mon père était prof de Maths au collège avant d'enseigner la physique (entre 1969 et 1979 je crois).
    - J'ai un oncle à lmenzel qui sait très bien faire le thé (bien sucré surtout!)
    Au moins une personne sur ce forum va me reconnaitre !!!
    Bien à vous

    Auteur: encoreUnYazghi
    _______________________________________________________________

    Mon cher EncoreunYazghi,

    Ta présence dans ce forum nous fait très plaisir, d'autant que d'entrée tu as commencé à évoquer tes souvenirs d'enfance.
    Mais je ne pouvais pas te reconnaître car j'ai quitté El Menzel en 1969 et certaines choses m'échappent complètement. Par contre, je me rappelle trés bien la boutique de " Masloute " qui se trouve juste à côté de la mosquée, à l'angle, là où on vendait le lait au détail le matin, et l'aprés-midi la menthe ou "Alben ". C'étaient les années 60.
    Je peux te dire mon cher ami que cette boutique appartenait avant Masloute à un Juif qui a quitté El Menzel au début de l'émigration de sa communauté vers Israel. Je pense qu'il s'appelait Aâmiyar, et un autre juif qui se trouvait sur la place s'appelait Amrane. Sa boutique a été achetée par le cordonnier.

     Auteur: toumi10

    _________________________________________________________________________________________________

    Bonjour et miat mrahba o mrahba aux nouveaux-arrivants. Je n'arrive pas à reconnaître EncoreUnYazghi, même avec les détails qu'il a donnés. Bien sûr, c'est impossible pour moi de connaître qui était le Fqih de la Jamaa d'El Manzel en 1960 car je n'existais pas encore et je ne me rappelle pas avoir entendu mes parents parler de cet Imam.
    Mais un nom est mentionné que je connais très bien: "Masloute". Je ne sais pas s'il est originaire de Kratech mais il habitait à quelques 600 ou 700 mètres de nous au douar de KRATECH. J'ai beaucoup entendu parler de lui et de ses histoires avec LKAYED LAARBI. Est-ce que quelqu'un de vous connaît une de ces histoires? Les Menzli connaissent Masloute plus que les Kortachi car il passait tout son temps à El Menzel, place de son travail. Quand j'étais professeur de 2eme cycle à Outat Elhaj (1989) mon collègue El Bekri, qui était d'El Menzel m'a raconté une anecdote qui va peut-être vous faire éclater de rire. Sorry! Je vais vous la raconter next time.
    Aussi ma mère qui est une manzlia de la famille de nass harras, et à qui j'ai rendu visite au Maroc juste ce Ramadan dernier, m'a raconté beaucoup d'histoires à propos des kortachis qui travaillaient à El Menzel. Donc j'ai beaucoup à dire de mon douar et des relations des Kortachi avec le reste des douars de Notre KBILA.
    Merci Toumi, Froissart et Mghili pour l'humeur créée dans vos récits. Je bénéficie beaucoup de vos écritures.

    Auteur:
    7ab riro

    ___________________________________________________________________________________________________

    Merci à vous tous pour votre accueil et merci Patryck pour ton mot sympathique et sincère qui me touche vraiment beaucoup.
    Sinon je fais partie de la famille GADI. Je suis un des fils du professeur de physique (pour ceux et celles qui le connaissent). Une des choses qui me faisait vraiment plaisir lorsque j'allais avec ma famille passer quelques jours de vacances dans la maison de mon grand père était de pointer à coté de la boutique de Masloute avec un petit récipient (appelé la-bas : ttassa dGuigouz) juste après la prière de ~15h (juste après ssahel !) pour acheter du lait au détail (3 verres !). Ce lait, pour quelqu'un comme moi qui habitait en ville, était vraiment très bon. D'ailleurs j'ai eu l'occasion de visiter une ferme récemment en France et j'ai acheté du lait censé être "brut" non pasteurisé etc. mais au niveau du goût il était très moyen. Enfin bref, il n'y a pas mieux que le lait acheté au détail dans la tassa dGuigouz à lmenzel. Boire de l'eau, y a pas mieux que Ain Kbir. Les grottes, y a pas plus mystérieux que "kaf azrou" ou "kaf l7mam" !!!

    Auteur:
    encoreUnYazghi

    ____________________________________________________________________________________________________

    Je suis de retour. Mon absence a duré quatre jours. Jour pour jour, je vous lisais. Je dirais même avec voracité. Certes, je ne peux plus me passer de vos merveilles, cela devient pour moi « la substance magique » dont vous n’avez cessé de parler, mais excusez-moi, j’étais « en rechargement ». Savez-vous où ? Et bien je suis remonté à la source, au bled. Quel plaisir ! Grâce à notre forum, lklou3, bou3rais, ain kbir, kaf azrou, bouyblane, el menzel, kratech…. ont une nouvelle saveur pour moi. Vos histoires, vos blagues, vos commentaires me suivent partout. Je suis possédé. Je suis allé à ain dakkouk pour voir la maison de notre ami Patryck, à la boutique du défunt maslout pour m’enquêter de la noble famille de notre ami Gadi, à karn souk pour contempler le bel hameau de kratech et j’ai appris beaucoup de bonnes choses.
    Ma chère karaba (la vraie), le majestueux bouyblane, drapé dans son bernouss blanc, m’a chargé de vous passer un chaleureux salut et vous en veut un peu de ne lui avoir pas rendu visite cette année c’est du moins ce qu’il m’a dit, je n’ai pas voulu insister: il paraissait tellement transi !!!!
    Je suis heureux comme Ulysse après avoir conquis la toison, pressé comme Victor Hugo l'était de voir la tombe de Léopoldine

    Auteur:
    Fandlaoui

    ____________________________________________________________________________________________________

    D'aprés mes renseignements le froid sévit cette année au Maroc. Il s'est fait sentir vivement et il a causé des ravages. Les gens se plaignent beaucoup, et j'ai même entendu dire que les doigts d'un Mghili ont gelé ! Ce froid me fait penser aux basses températures qu'on a connues dans notre jeunesse (heureusement que nos mères et grands-mères nous tissaient des vraies Djellabas de laine pour affronter cette agression naturelle). Pour se réchauffer à l'extérieur, on jouait à "CHABA" pendant des heures et des heures et lorsqu'on avait fini de jouer, on se collait contre un mur, ou on occupait le couloir d'entrée à la mosquée pour se raconter des histoires entre nous. C'étaient les seuls endroits où on pouvait trouver refuge pour tuer le temps, n'est-ce pas Fandlaoui ? Mais ce qui m'a marqué le plus c'était d'entendre mon père ou grand-père parler du froid du " HAGOUZ " . Le Hagouz était une fête d'un calendrier agraire, célébrée vers le 15 Janvier. Elle marquait aussi le milieu de l'Hiver (ALLIALI ) qui commence vers le 25 Décembre et qui finit 40 jours plus tard. Notre ami Fandlaoui a oublié de nous dire que les Mhadras n'allaient pas au Msid ce jour-là. C'était un jour de congé ! Par contre ils passaient dans les maisons demander des friandises, et souvent on leur donnait des figues séches. Quant au Fkih et à ses amis, ils préparaient un bon tajine au Msid. Le Tajine était tellement bon qu'on sentait de l'extérieur de la mosquée les bonnes odeurs des légumes et des épices.

    Il est fort possible que j'aie oublié quelques détails de cette fête disparue (je pense ). Je serais trés content de partager et de revivre des souvenirs - si quelqu'un parmi vous pouvait nous rafraîchir la mémoire - . Je sais que notre ami Fandlaoui a plus d'un " tour "dans la capuche de sa Djellaba pour nous raconter quelques anecdotes. J'espère.

    Auteur: toumi10


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :