• Les moulins

    Aujourd'hui, j'ai envie d 'évoquer quelques souvenirs concernant les " moulins à eau ".
    Mais avant d'aller voir les moulins de WALD AL MALLAHIA, le moulin de WALD ALI, ou celui d'El Menzel qui était à côté du lotissement des MOKHAZNIA, je vous invite en France pour une petite balade autour du moulin "d'Alphonse Daudet, l'auteur qui a écrit "Les lettres de mon moulin ", "La chèvre de Monsieur Seguin ", "Le petit Chose" etc... Le moulin qui porte son nom est bien réel, et il se visite car il est bien restauré et bien entretenu.
    Ainsi le touriste peut visiter son musée, où on peut voir ses livres, ses manuscrits ainsi que certains objets personnels. A chaque fois que j'ai eu l'occasion d'aller le voir, j'ai constaté qu'il y avait toujours autant de monde qui venait de toute l'Europe: des cars, des voitures, et tout ça pour voir un moulin à vent !!!. En faisant les cent pas autour du monlin qui se trouve sur une colline et en pleine garrigue je ne pouvais m'empêcher d'évoquer avec mes compagnons toute l'animation et la vie qui a pu exister lorsque les gens chargeaient leurs mulets ou leurs ânes de sacs de grains de tout genre et venaient voir le meunier. 

    A cet instant et par un réflexe spontané, je voyais automatiquement le moulin de WALD AL MALLAHIA, les autres d'ElKalâa ou celui d'El Menzel et j'oubliais complètement celui d'Alphonse Daudet. Je me souviens lorsque ma maman me chargeait de porter le sac de blé au moulin sur mon dos, car l'âne n'était pas toujours disponilbe. En attendant que mon sac soit prêt j'en profitais pour visiter le moulin et les alentours car j'ai toujours été subjugé et fasciné par cette force hydraulique qui faisait tourner ces grosses pierres rondes par l'intermédiaire d'un pivot !
    Autour du moulin il y avait 'les "ANCIENS " qui bavardaient et qui - en même temps - " fabriquaient "des ZENBILS ou des COUFFINS ( AL KOFFA) à base de Doum pour les vendre le jour du souk.

    Quant au moulin d'El Menzel, j'ai gardé le souvenir d'un personnage bien respecté qui fréquentait souvent ce moulin. Lorsqu'on le croisait on lui faisait un baise-main: c'était Chrif sidi Lahcen qui a laissé derrière lui quelques légendes. Comme par exemple: au moment du pélerinage, il montait au sommet du minaret et à l'aide de deux grands plateaux en Doum seché " TBAK " il s'envolait vers la Mecque et il revenait sans que personne ne s'en aperçoive.
    Un jour son secret a été divulgué par un Manzli qui l'aurait reconnu à la Mecque, et depuis ce Manzli a perdu la vue: c'est le mauvais sort que le Chrif lui avait jeté.

    Je me souviens également du moulin manuel dont chaque maison était équipée et dont l'utilisation était la corvée de la maman. Heureusement la technologie moderne est arrivée et le broyeur a soulagé le fardeau que portaient nos chères mamans.

    En pensant aux ruines de nos moulins et aux quelques pierres qui en restent, je me disais au fond de moi même : si ces pierres pouvaient parler, elles nous révéléraient tous les secrets et toute l'histoire des Beni Yazgha.
    Elles nous diraient aussi que les Europeens savent prendre soin de leurs pierres et laissent un patrimoine à leur futures générations. Et vous? Quelle valeur donnez-vous à vos pierres? Pensez-vous que vos enfants sauront un jour que des moulins à eau ont existé chez les Beni Yazgha ???

    Auteur:
    toumi10

    Juste un petit mot pour rectifier ce que j'ai écrit dans mon texte précédent. J'ai raconté que les "ANCIENS fabriquaient des ZENBILS et des COUFFINS à base de Doum !! Désolé: c'est à base d'ALFA (ALHALFA ) qu'on confectionne cette production locale !!!

    ______________________________________________________________________

    Tu n'as pas totalement tort de dire qu'on fabrique les "ZENBIL" et les coufins de "DOUM". Certes on utilise l'alfa comme matériau de base, mais aussi le "DOUM"pour faire les mêmes objets, sous les appellations de "CHOUARI" et "DAR3ÏA".

    Auteur:
    mghili

    ______________________________________________________________________


    Sur l'importance du moulin à eau (moulin hydraulique) dans la culture maroco-andalouse, lire en ligne:

    Campagnes et paysans d'Al-Andalus (VIII-XVe s.): (VIIIe-XVe S.)
    Par Vincent Lagardère
    Publié par Maisonneuve & Larose, 1993
    ISBN 2706810696, 9782706810695
    486 pages

    à partir de la page 287.

    Lien direct: moulins d'Al Andalus

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :