• Le petit mouton qui devait bêler fort

    Pour rire un peu (certains connaissent sans doute cette histoire): 

    Cette année-là, Kader le Yazghi n'avait pas beaucoup d'argent. L'Aïd approchant, il fallait bien pourtant acheter un mouton. Kader se désolait en voyant, d'un souk à l'autre, ses voisins acheter de gros moutons bien dodus, dont il entendait avec envie les bêlements puissants retentir dans toutes les maisons du quartier. 
    Finalement, Kader dut se résoudre à acheter un tout petit mouton, maigre et chancelant sur ses pattes fragiles. Devant les sourires moqueurs qu'il rencontra sur le chemin du souk à la maison, il prenait un air fanfaron et disait: "Celui-là, je vais l'engraisser pour l'Aïd de l'année prochaine...". 
    Arrivé à la maison, il fut reçu fraîchement par son épouse: 
    " Ouili, ouili, ouili! Qu'est-ce que c'est que ça? Un lapin pour l'Aïd, Que vont dire les voisins? N'entends-tu pas les béééé sonores de leurs vrais moutons à grandes cornes?" 
    Mais Kader avait son idée. 
    "Scout iwa! Tu vas bientôt l'entendre, mon bélier!" 
    Et, dans la pièce réservée, Kader mit sur la tête de son petit mouton un grand seau et lui dit"Allez, bêle!" 
    Grâce à la caisse de résonance que constituait le seau, le frêle bêlement se transforma en un cri énorme, qui fit tendre l'oreille aux voisins et suscita leur admiration: 
    " Eh bien! Kader a enfin acheté son mouton! Et il doit être superbe, pour bêler aussi fort". 
    Kader recommanda à son mouton de ne bêler que sur son ordre, à certains moments de la journée, où il venait lui mettre le seau sur la tête. 
    Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes. Kader était fier, ses voisins lui parlaient de la force vocale de son mouton avec envie, et sa femme ne disait plus rien. 

    Voici qu'un jour, Kader, fort occupé aux champs, oublia de rentrer toutes les deux heures à la maison pour faire bêler son mouton. 
    Au soir, quand il se rendit compte du problème, il se précipita chez lui. 
    Et là, il trouva son mouton désespéré, qui retenait depuis le matin son envie de bêler, les deux pattes de devant sur la bouche, et qui chuchota en le regardant avec des yeux suppliants "Béééé, béééé!". 
    Il était temps! Le petit mouton n'en pouvait plus. 
    Kader lui enfila vite le seau sur le museau, et le mouton libéré put faire résonner ses bééé dans tout le village! 
    Tout est bien qui finit bien, alhamdoulillah!

    Histoire rapportée par froissart


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :